La mairie FN d'Hénin-Beaumont lance un «concours de la plus belle crèche de Noël»

La mairie FN d'Hénin-Beaumont lance un «concours de la plus belle crèche de Noël»© Capture d'écran, fr.calameo.com
Le magazine municipal d'Hénin-Beaumont réagit à la décision de justice en lançant un concours de la plus belle crèche.

Pour protester contre une décision de justice interdisant l'installation d'une crèche de Noël dans le hall de l'Hôtel de ville d'Hénin-Beaumont, son maire FN, Steeve Briois, a notamment décidé de mettre Jésus en première page du journal municipal.

Jésus-Christ est en une du journal municipal d'Hénin-Beaumont. Steeve Briois, maire Front national (FN) de la ville, a souhaité prendre le contre-pied de la décision de justice du 16 novembre jugeant «illégale» l'installation d'une crèche dans l'enceinte de la mairie.

Une une qui serait une petite provocation ? Pas seulement, Steeve Briois ne s'arrête en effet pas là. La municipalité FN considère, dans un communiqué, que cette action participe à un combat politique : «Cette décision scandaleuse viole toutes les traditions de notre pays et confirme la dérive des juridictions administratives.»

Petit pied de nez à la justice, le magazine propose un concours de crèches pour les habitants de plus de 18 ans : le gagnant recevra «un prix de la part de la municipalité». 

Egalement, comme l'an passé, la municipalité a lancé une pétition pour soutenir «l’action de Steeve Briois et de la majorité municipale dans la défense [des] traditions de Noël».

Le 16 novembre, la cour administrative d'appel de Douai avait déclaré «illégale», car contraire à la législation sur la laïcité, l'installation d'une crèche de Noël en décembre 2015 dans le hall de l'Hôtel de ville d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), déboutant la mairie frontiste.

Selon la juridiction de Douai, «alors même que la commune d'Hénin-Beaumont affirme ne poursuivre aucun but prosélyte», cette crèche «ne présentait par elle-même aucun caractère artistique ou culturel» qui aurait pu, en suivant la jurisprudence du Conseil d'Etat, justifier sa présence.

Le même jour, Steeve Briois avait déjà contesté cette décision qui, pour lui, détruisait «la magie de noël».

L'arrêt a confirmé la décision prise en première instance par le tribunal administratif de Lille, en décembre 2016. La ville d'Hénin-Beaumont, administrée depuis mars 2014 par Steeve Briois, avait alors fait appel.

Lire aussi : Droite, FN et internautes se mobilisent contre le retrait de la croix d'une statue de Jean-Paul II

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.