#iPhoneRevolt : un collectif d'ONG, de scientifiques et d'artistes part en croisade contre Apple

#iPhoneRevolt : un collectif d'ONG, de scientifiques et d'artistes part en croisade contre Apple© Josh Edelson Source: Reuters
Une jeune femme testant l'iPhone X en septembre 2017, en Californie (image d'illustration).

A l’occasion de la sortie de l’IPhone X, la campagne intitulée #iPhoneRevolt entend mobiliser les consommateurs contre Apple, société qu'ils accusent de mépriser l’écologie, les conditions de travail et d'échapper à l’impôt en Europe.

Le 2 novembre 2017, les usagers du métro parisien ont pu découvrir des affiches sauvages dont les photos évoquent la pollution et l'exploitation humaine et qui émanent de la campagne nommée #iPhoneRevolt visant le géant de l'informatique Apple.

La vraie "révolution" serait que des multinationales de l’électronique comme Apple produisent des smartphones socialement, écologiquement et fiscalement soutenables

Un collectif réunissant un certain nombre d'intellectuels, de scientifiques, d'artistes et de responsables d'ONG (parmi lesquels le porte-parole d’Attac France, le président des Amis de la Terre France, des chercheurs du CNRS, l'humoriste Christophe Alévêque ou encore le chroniqueur web Mr Mondialisation) a monté cette initiative afin de sensibiliser les clients aux mauvaises pratiques qu'ils attribuent à Apple. Leur but est de peser contre le géant américain en engageant le maximum de personnes dans leur campagne, via la signature d'une pétition, des dons ou des actions militantes. Leur souhait : «Dix ans après la sortie du premier iPhone, la vraie "révolution" serait que des multinationales de l’électronique comme Apple produisent des smartphones socialement, écologiquement et fiscalement soutenables.»

Signe de la probable coordination au niveau international de campagnes anti-Apple ces derniers jours, des activistes ont mené des actions dans différents lieux en Europe pour dénoncer les mauvaises pratiques supposées du géant américain, comme le 28 octobre à Genève... 

... ou le 1er novembre à Cologne.

Les 10 ans de l'Iphone : des conditions de travail pointées du doigt...

Apple fête cette année les dix ans de la création du tout premier Iphone. Ce smartphone, dont 18 modèles sont sortis en une décennie, a acquis une renommée sans pareille à travers le monde, sept milliards de ces produits ayant été écoulés jusqu'à aujourd'hui. Le 12 septembre, la société a lancé en grande pompe son nouvel avatar, l’IPhone X, présenté par le PDG Tim Cook dans l'Apple Park (le siège social d'Apple, en Californie). Il s'agit cette fois d'un IPhone avec reconnaissance faciale, aux performances impressionnantes. Le 3 novembre, le nouveau téléphone sera proposé à la vente pour la modique somme de 1 159 euros sur le site internet de la marque pour la France.

Mais cette réussite technologique ne doit pas, selon le collectif #iPhoneRevolt, occulter la face sombre que cacherait Apple. Dans une tribune publiée fin octobre dans Le Monde, le collectif considère qu'Apple incarne l'un des symboles des dérives de notre société : «Extraction polluante de métaux, exploitation des travailleurs·euses [sic], course à la consommation, évasion fiscale, obsolescence programmée…». Le collectif souhaite «dépasser le matraquage marketing» orchestré de main de maître par la marque et «enquêter sur le côté obscur de la production». Il compte sensibiliser au fait que les ouvriers assemblant l'Iphone manipulent des produits toxiques sans bénéficier des protections nécessaires et travaillent dans des conditions indignes, autant d'accusations qu'avaient formulées, également, l'ONG China Labor Watch.

... et 200 milliards d'euros dans les paradis fiscaux

Le volet «taxes» est aussi au programme des reproches que le collectif adresse à la marque. «Le prix des iPhone ne cesse d’augmenter alors qu’Apple réalise une marge de près de 40% et a accumulé un pactole indécent de plus de 200 milliards d’euros dans les paradis fiscaux», dénonce le collectif sur son site. Le montant de cette somme avait été révélé par une étude d'Oxfam America.

«Que dire de l’impudence de sa stratégie d’évasion fiscale, consistant à déclarer ses revenus en Irlande, où elle n’est imposée qu’à 0,005% grâce à des accords fiscaux passés avec Dublin ?», interroge plus précisément Attac sur son site. En Europe, à l’initiative de la Commission européenne, la société Apple a été frappée par un redressement de 13 milliards d’euros dont elle ne s’est toujours pas acquittée. La société, qui a fait appel, a bloqué les procédures grâce à un recours déposé auprès de la Cour de Justice de l’Union européenne. «Apple est le plus grand contribuable dans le monde, aux Etats-Unis et en Irlande avec un taux d'imposition global d'environ 26%», s'est en outre défendu le géant informatique dans un communiqué daté du 30 août 2016. 

Lire aussi : Apple : l'Irlande accuse Bruxelles de violer sa souveraineté fiscale

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.