Le PS contraint de supprimer 67 emplois : les salariés exigent de meilleures primes de licenciement

Le PS contraint de supprimer 67 emplois : les salariés exigent de meilleures primes de licenciement© Philippe Lopez
Logo du Parti socialiste
Suivez RT France surTelegram

Sur la centaine de permanents employés par le PS, ils seront à peine une quarantaine à conserver leur emploi, à cause du marasme financier dans lequel les récentes défaites électorales ont plongé le parti. La grogne s'installe.

Les temps sont durs pour les socialistes. Après la débâcle des élections présidentielles et législatives, le PS avait déjà dû se résigner à mettre en vente son siège emblématique de la rue de Solférino. Economie oblige, voilà désormais le parti à la rose confronté à la nécessité de se séparer de 67 salariés.

Sur la centaine de permanents que comptait le PS, ils ne sont donc qu'une quarantaine à conserver leur emploi. Or, les représentants du personnel réclament un meilleur plan social que celui proposé par la direction. Si une prime extra-légale de 5 000 euros par personne est prévue, les salariés licenciés ne profiteraient pas en revanche du bénéfice de la vente du siège.

«La direction politique actuelle ne respecte par la promesse de l'ancien premier secrétaire [Jean-Christophe Cambadélis], puisqu'elle a affirmé que la vente des locaux ne financerait aucunement et n'aurait aucun impact sur le plan social», déplorent les représentants du personnel dans un communiqué publié le 30 octobre. Ils assurent que le comité d'entreprise «ne signera un accord qu'à la condition que ses demandes soient prises en compte».

Avec seulement 30 députés élus à l'Assemblée, au lieu de 284, le PS voit la subvention annuelle de l'Etat en sa faveur baisser d'une vingtaine de millions d'euros. «L'avis d'appel à candidature, avec la date butoir du 6 novembre 2017 exige en outre la remise d'une attestation d'une «banque de premier ordre» prouvant que l'acquéreur dispose immédiatement et «sans condition» d'une somme de cinq millions d'euros. Au Parti socialiste aussi, on veut s'assurer de la solvabilité de son futur acquéreur.

Lire aussi : Le fisc réclame 1,8 million d’euros à «Jeanne», le micro-parti de Marine Le Pen

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix