«Fautes de gestion» : Claire O'Petit (LREM) interdite de diriger toute entreprise commerciale

«Fautes de gestion» : Claire O'Petit (LREM) interdite de diriger toute entreprise commerciale© DR
Claire O'Petit
Suivez RT France surTelegram

La Cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu par le tribunal de commerce de Bobigny à l’encontre de la députée LREM de la 5e circonscription de l’Eure, Claire O'Petit, accusée d'avoir commis «des fautes de gestion» dans sa société.

Dans son arrêt du 19 octobre, la Cour d’appel de Paris a confirmé le jugement rendu par le tribunal de commerce de Bobigny le 2 novembre 2016. La juridiction avait alors condamné la députée La République en marche de la 5e circonscription de l'Eure, Claire O’Petit, à «une interdiction de diriger, gérer, administrer ou contrôler directement ou indirectement toute entreprise commerciale ou artisanale [...] pour une durée de cinq ans».

La Cour d’appel a également condamné l'intéressée à payer la somme de 3 000 euros au liquidateur judiciaire de la société ADCP (Agence de développement et de proximité), dont elle était la représentante légale.

En cause, «des fautes de gestion qui ont contribué à l’insuffisance d’actif de la SARL ADCP». Une procédure de liquidation judiciaire avait déjà été ouverte en juillet 2014 par le tribunal de Bobigny à l’encontre de la société ADCP et à la demande de trois associations de commerçants d’Ile-de-France.

Claire O’Petit avait fait appel de la décision rendue en novembre 2016 par le tribunal de commerce de Bobigny.

Contacté par Normandie.fr, son assistant parlementaire Jim Dhoedt s'est voulu rassurant quand à la situation de Claire O'Petit : «Il n’y a rien de grave, nous ne sommes pas sur des faits d’escroquerie ou d’enrichissement personnel. Les juges lui reprochent une certaine légèreté dans sa comptabilité. Et au fond, cela correspond au caractère de la députée», a-t-il déclaré.

Claire O'Petit avait par ailleurs défrayé la chronique en juillet dernier après avoir, lors d'une interview, fustigé ceux qui se plaignaient de la baisse de 5 euros des APL, mesure décidée par le gouvernement. «Si à 18, 19 ans, 20 ans, 24 ans, vous commencez à pleurer pour cinq euros, qu'est-ce que vous allez faire de votre vie ?», avait-elle déclaré, des propos qui avaient provoqué un tollé. 

Lire aussi : Macron demande aux propriétaires de diminuer les loyers de 5 euros pour compenser la baisse des APL

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix