Sous les projecteurs après le projet d'attentats avorté, l'Action Française réplique aux accusations

Sous les projecteurs après le projet d'attentats avorté, l'Action Française réplique aux accusations© Benoit Tessier Source: Reuters
Des royalistes de l'Action Française lors d'une manifestation d'hommage à Jeanne d'Arc à Paris en 2012

Pour avoir eu dans ses rangs durant un an et demi Logan Nisin, cerveau présumé de projets d'attentats en France, l'Action Française s'est retrouvée au cœur d'une controverse. L'organisation s'est même vu accusée d'avoir planifié ces attaques.

L'Action Française, une organisation royaliste ne regroupant que quelques centaines de membres, s'est retrouvée au centre de l'attention médiatique après la vague d'arrestations visant des militants d'extrême droite soupçonnés d'avoir projeté de perpétrer des attentats. Etaient visés des mosquées, des migrants, ou encore des personnalités politiques telles que le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon et le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner.

Le cerveau présumé de cette opération, Logan Alexandre Nisin, a en effet été militant de l'organisation royaliste entre 2015 et 2016. 

Dans un communiqué de presse publié dans la matinée du 19 octobre, l'Action Française a souhaité se défendre et précise : «L'Action Française n’a jamais nié que, durant quelques mois, Logan Nisin, en errance idéologique, ait, après de nombreuses autres tentatives de militantisme politique, "trouvé refuge chez les royalistes de l’Action française" [...] Le 4 juillet dernier, après l’interpellation et le placement en détention provisoire du jeune homme, l’Action française, par voie de communiqué, avait fait savoir qu’il avait quitté notre mouvement, le jugeant "trop politique" et "trop consensuel".» L'organisation royaliste affirme également que les agissements de Logan Nisin étaient parfaitement inconnus de ses membres et de ses cadres et invoque «le droit de poursuivre tous médias ou personnalités prétendant le contraire».

D'après l'organisation, «toute [l']histoire [de l'Action française] prouve son refus de l’action terroriste. Elle n’a aucun mort sur la conscience». 

Arrêté le 28 juin dernier, fiché S à la suite de plusieurs actions «coup de poing» menées dans les rangs de groupuscules d’extrême droite, Logan Alexandre Nisin ne faisait pas mystère de ses positions extrémistes sur les réseaux sociaux. «Rebeus, blacks, dealers, migrants, racailles djihadistes, si toi aussi tu rêves de tous les tuer, nous en avons fait le vœu, rejoins-nous !», avait-il notamment écrit sur une page dédiée à Anders Breivik, l'auteur des attentats qui ont fait 77 morts, le 22 juillet 2011 en Norvège.

Accusée par Europe 1 d'avoir «fomenté un attentat» contre Mélenchon, l'AF porte plainte

Quelques heures avant la publication de ce communiqué, la radio Europe 1 publiait un tweet dans lequel elle accusait l'Action Française d'avoir «foment[é] un attentat» contre Jean-Luc Mélenchon et Christophe Castaner. 

Une accusation qui a vivement fait réagir l'organisation royaliste. Comme l'a confirmé à RT France l'Action Française, une plainte pour diffamation a été déposée le 19 octobre contre la radio. 

Les militants ont d'ailleurs prévenus Europe 1 en publiant des messages sur le fil de commentaires du tweet litigieux.



«Mensonges des médias qui nous assimilent à des terroristes : nous répondons par une procédure judiciaire en diffamation», a de son côté tweeté l'antenne marseillaise de l'organisation, déjà visée par une demande de fermeture de son local par Jean-Luc Mélenchon.

«C’était franchement pas la bande la plus sérieuse qu’on ait arrêtée»

Au sujet de ces projets d'attentats, le ministre de l'Intérieur a confié à France Info «que les cibles n’étaient pas aussi précises que cela et que [les suspects] évoquaient une série de cibles potentielles».

«C’était franchement pas la bande la plus sérieuse qu’on ait arrêtée», a assuré Gérard Collomb.

La garde à vue des dix suspects, prolongée le 19 octobre, est toujours en cours. 

Lire aussi
: Mélenchon demande la fermeture du local de l'AF à Marseille, l'organisation dénonce un «coup de com»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.