Une collaboratrice municipale suspendue après avoir qualifié le terroriste de Marseille de «martyr»

Une collaboratrice municipale suspendue après avoir qualifié le terroriste de Marseille de «martyr»© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT Source: AFP
Des proches se reccueillant après l'assassinat au couteau de deux jeunes femmes à Marseille

Sonia Nour a été suspendue par la mairie communiste de La Courneuve après avoir qualifié sur Facebook le terroriste de Marseille, qui a tué deux jeunes femmes, de «martyr». Elle affirme être victime du «déferlement de haine des fachos».

Collaboratrice de la mairie communiste de La Courneuve, dirigée par Gilles Poux, Sonia Nour a été suspendue après avoir publié un statut Facebook dans lequel elle qualifie de «martyr» le terroriste de Marseille, qui a assassiné deux jeunes femmes de 20 ans à coups de couteau le 1er octobre.

«Quand un martyr égorge une femme et poignarde une autre, là ça fait du bruit. Terrorisme, du sang, civilisation, bla bla bla… Par contre, que le terrorisme patriarcal nous tue tous les deux jours, on l'entend moins votre grande gueule», affirmait-elle sur le réseau social. Un message qui a suscité une vague d'indignation sur internet.


Sollicité par de nombreux internautes, le maire, Gilles Poux, a fermement condamné ces propos, les qualifiant d'«inacceptables», alors que l'attaque a été revendiquée par l'organisation terroriste Daesh.

Dans un communiqué publié ce même jour, Gilles Poux revient plus longuement sur les raisons de la suspension de Sonia Nour. «Ces propos qui minimisent et banalisent des actes de terrorisme d'une sauvagerie inouïe ne méritent que la condamnation», s'est indigné le maire de la Courneuve, adressant ses pensées aux familles des deux victimes.

Plainte du FN pour apologie du terrorisme

Jordan Bardella, secrétaire départemental du Front national (FN) en Seine-Saint Denis et conseiller régional d'Ile-de-France a annoncé avoir saisi le procureur de la République pour apologie du terrorisme. «Alors que nombre de nos compatriotes sont affreusement frappés par le terrorisme islamique, de tels dérapages ne peuvent être autorisés», dénonce-t-il notamment dans sa lettre adressée au tribunal de grande instance de Bobigny.

«Pour info je suis enceinte de près de 6 mois...»

Souhaitant s'expliquer, Sonia Nour avait auparavant posté un autre message sur Facebook. «Le mot martyr ne veut pas dire "le juste"», a-t-elle affirmé. «Je l'emploie pas dans le sens chrétien mais dans le sens psychanalytique du terme. D'un point de vue narcissique», a-t-elle expliqué.

Pour elle, «les attentats-suicides ne sont liés ni au fondamentalisme islamique, ni à la religion en général». 


Mais ces explications n'ont semble-t-il pas suffi, car la collaboratrice communiste a annoncé sur le réseau social avoir été suspendue de son poste par le maire. «Je vous demande de l'aide. Je n'ai jamais fait d'apologie de terrorisme. Suite aux déferlements de haine des fachos, je viens de me faire suspendre de mon taf et je vais en conseil de discipline pour un statut Facebook», a-t-elle encore argumenté sur le réseau social. 


«Je suis choquée. Je ne pensais pas qu'un maire communiste se servirait du déchaînement de l'extrême droite pour me suspendre sans solde et m'emmener en conseil de discipline pour apologie de terrorisme comme le souhaite l'extrême droite. Pour info je suis enceinte de près de 6 mois...», a-t-elle poursuivi dans le fil de commentaires où de nombreux internautes lui ont apporté leur soutien. 

Lire aussi : Des vidéos de propagande islamiste retrouvées sur le téléphone de l'assaillant de Marseille

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.