Fête de l’Huma : le trésorier communiste se fait braquer, 23 000 euros de recette volés

Fête de l’Huma : le trésorier communiste se fait braquer, 23 000 euros de recette volés © ALAIN JOCARD / AFP Source: AFP
La fête de l'Huma

Un militant de la section communiste de Gentilly et sa compagne ont été violemment agressés à leur domicile dans la nuit du 16 au 17 septembre. Trois malfaiteurs ont dérobé 23 000 euros, la recette d’une journée du stand du PCF à la Fête de l’huma.

Un militant du PCF avait exceptionnellement été nommé trésorier du stand de la section communiste de Gentilly lors de la Fête de l’Humanité à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), qui avait lieu du 15 au 17 septembre. A son retour, trois malfaiteurs l'attendaient à son domicile, à Gentilly dans le Val-de-Marne, où ils avaient séquestré sa compagne. 

Gazé et frappé pour lui soutirer la recette

Selon les informations du quotidien Le Parisien, vers minuit, les trois malfrats tendent un guet-apens à la compagne du militant, qui, lui, n'était pas encore rentré. Casqués et agressifs, ils l'abordent alors qu'elle promène son chien et la forcent à entrer dans l’appartement. Les braqueurs l’attachent et tentent de lui faire avouer où se trouve l’argent de la recette.

Ils se mettent à saccager la maison pour faire main basse sur la somme, en ayant pris soin de poser un linge sur le visage de la victime. 40 minutes plus tard, après avoir pris un bus affrété par le PCF pour rentrer de la fête, le militant ouvre la porte de son domicile.

Les trois agresseurs le plaquent alors immédiatement au sol et le rouent de coups au visage. Puis ils lui arrachent sa sacoche qui contient 23 000 euros, la recette du jour, et gazent la pièce au gaz lacrymogène avant de s'enfuir.

Un vol soigneusement préparé

Comment les malfaiteurs ont-ils pu être si bien renseignés ? Le militant avait été désigné trésorier le jour même, et ne constituait d’ordinaire pas une cible. Les deux victimes, très choquées, n’ont toutefois pas été hospitalisées, mais une plainte a été déposée. Interrogé par Le Parisien, Fabien Guillaud-Bataille, secrétaire départemental du PCF a réagi avec colère : «C'est dégueulasse, car c'est de l'argent collectif. Cet argent est le fruit du travail fourni par les militants depuis plusieurs semaines pour accueillir les gens dans de bonnes conditions, leur proposer des concerts, des rencontres.» Il a relevé que «les agresseurs [avaient] forcément été mis au courant».

L'enquête a été confiée au service départemental de la police judiciaire. En mai 2015 la permanence du PCF de Gentilly avait été mise à sac par un groupe d’étudiants d’extrême droite du GUD (Groupe union défense). Aucun lien ne peut pour l'heure être établi entre les deux affaires.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.