Une information judiciaire ouverte pour «escroquerie» vise la famille de Théo Luhaka

Une information judiciaire ouverte pour «escroquerie» vise la famille de Théo Luhaka© Arnaud Journois / LE PARISIEN Source: AFP
François Hollande au chevet de Théo Luhaka le 7 février.

Le parquet de Bobigny a ouvert une information judiciaire, notamment pour escroquerie en bande organisée et blanchiment, dans ce qu'ils suspectent être un système de détournement d'aides de l'Etat auquel auraient participé des proches de Théo.

Plusieurs membre de la famille de Théodore Luhaka, le jeune homme gravement blessé au cours d'une interpellation musclée en février dernier, sont au cœur d'une enquête visant un possible détournement de subventions publiques. D'après les informations révélées par Le Parisien, le tribunal de Bobigny a en effet discrètement ouvert le 4 août une information judiciaire contre X pour «escroquerie en bande organisée au préjudice d'un organisme chargé d'une mission de service public, abus de confiance, blanchiment». Personne n'a pour l'instant été mis en examen dans le cadre de cette affaire, d'après une source judiciaire citée par l'AFP, mais plusieurs membres de la famille Luhaka, dont Théo (bien qu'il ne soit pas l'un des principaux mis en cause) y sont cités.

L'affaire remonte à 2015, à la suite d'un premier signalement par l'Inspection du travail. Des anomalies de gestion d'associations crées ou présidées par Mickaël Luhaka, 35 ans, frère de Théo, auraient été relevées. Les enquêteurs soupçonnent un détournement de subventions publiques destinées au financement d'emplois aidés au sein de l'association Aulnay Events, aujourd'hui en liquidation, qui aurait reçu 678 000 euros de subventions entre 2014 et 2016 pour la formation et l’embauche de 30 médiateurs de rue destinés à lutter contre la violence dans le département. Lors du contrôle de l'Inspection du travail, aucun élément probant n'avait pu être présenté par l'association pour prouver la réalité de ces emplois. Une enquête préliminaire pour escroquerie et abus de confiance avait été ouverte en juin 2016. Sa complexité et son ampleur nécessitent aujourd'hui, selon Le Parisien, l'intervention d'un juge d'instruction. 

52 000 euros auraient été virés sur le compte de Théo Luhaka 

Selon les informations du Parisien, l'enquête en cours sur Aulnay Events démontrerait que huit membres de la famille Luhaka auraient perçu 170 000 euros de rémunération par virements de la part de l'association. 80 000 euros auraient été retirés en liquide et 52 000 euros virés sur le compte de Théo. L'association, placée en liquidation judiciaire en juillet 2015, n'aurait par ailleurs pas payé 350 000 euros de cotisations sociales, notamment dues à l'Urssaf. 

Interrogé en février par le quotidien de la capitale, Mickaël Luhaka avait reconnu s'être «loupé» en raison de son manque de «compétences de gestion» mais avait nié toute escroquerie. Sur les virements aux membres de sa famille, il avait expliqué qu'ils avaient été «déclarés en CDI en tant qu’animateurs» et bénéficiaient de contrats aidés «au même titre que les [30] autres [salariés]» .  

Mickaël Luhaka, qui est par ailleurs interdit bancaire, serait aussi selon Le Parisien lié à l'association parisienne Essence de la Réussite, aujourd'hui liquidée, spécialisée «dans le secteur des organisations religieuses» qui avait recruté 16 emplois d'avenir. Cette association a elle aussi fait l'objet d'un signalement le 10 avril 2017. 

En février, Théo Luhaka, 22 ans, avait été victime d'une plaie du canal anal après son interpellation à Aulnay-sous-Bois. Un des policiers ayant procédé à l'arrestation avait été mis en examen pour viol. Cette affaire a eu un retentissement considérable et avait donné lieu à plusieurs nuits de violences urbaines.

Lire aussi : «Vengeance pour Théo» : nouveaux blocus dans des lycées parisiens, plusieurs interpellations (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.