«Un choc difficile à extérioriser», le témoignage d'un employé de Primark

Pendant plus de 4h, trois malfaiteurs ont détenu 18 personnes en otages dans un magasin Primark.© Stringer France Source: Reuters
Pendant plus de 4h, trois malfaiteurs ont détenu 18 personnes en otages dans un magasin Primark.

RT France a obtenu le témoignage exclusif d'un employé du Primark de Villeneuve-la-Garenne, où une prise d'otage a eu lieu, lundi 13 juillet. Le témoin, qui commençait à travailler à 11h, a assisté au dénouement de la situation.

«C'était vraiment tendu», raconte William, employé polyvalent au Primark de Villeneuve-la-Garenne. «Ils étaient tous en état de choc et n'avaient pas le cœur à parler. C'est un choc difficile à extérioriser, je pense. Ils voulaient avant tout oublier ce qu'ils venaient de vivre».

Arrivé sur place, le jeune homme de 21 ans, qui n'a pas souhaité communiqué son nom de famille a trouvé le centre commercial fermé, ses accès interdits et, devant le bâtiment, ses collègues, choqués.

Ceux-ci s'étaient rassemblés sur le parvis du centre commercial Quartz, théâtre de la prise d'otages. Il n'y régnait pas l'atmosphère habituelle, la circulation ayant été interrompue pour laisser travailler l'unité de police d'élite du RAID dépêchée sur place. Malgré l'état de choc de ses collègues, le jeune homme est parvenu à comprendre ce qu'il s'était passé.

«Les preneurs d'otages étaient trois hommes. Ils sont arrivés par le parking et ont emprunté un ascenseur qui donne pile en face du magasin [Primark]. À cette heure-ci, 6h30 environ, le magasin n'est ouvert que pour les employés. Ils étaient une centaine à avoir déjà pris leur poste», raconte-t-il.

«Les trois individus étaient cagoulés, donc mes collègues ne peuvent pas les identifier. Ils étaient armés : deux avaient des pistolets et l'un d'entre-eux un fusil à pompe […] la plupart des 100 employés présents se sont cachés dans différents endroits du magasin. Il est gigantesque avec un étage pour les articles mais aussi un pour les stocks, un pour les bureau, etc.»

Le magasin Primark fait travailler environ 700 employés sur différentes vacations et à différents postes, depuis les vendeurs polyvalents, comme William, jusqu'au cadres de bureau. Le jeune homme ne connaissait pas tous les otages mais une de ses connaissances en faisait parti, il ne nous donnera que son prénom : Seeta.

«Je la connais un peu, nous travaillons parfois ensemble», explique-t-il. «Elle m'a expliqué que les malfaiteurs étaient venus pour braquer le magasin. Sauf qu'il n'y pas vraiment d'argent dans les caisses, à 6h30, un lundi matin. À mon avis, c'est pour ça que le braquage a mal tourné. Ils n'ont pas trouvé d'argent et ils ont voulu s'assurer qu'ils pourraient sortir du centre commercial sans être arrêtés».

Auteur: RT France

Le modèle de magasin Primark, une marque irlandaise célèbre pour ses prix spécialement bas, a connu un succès impressionnant en France depuis son implantation, en 2014. La taille du magasin, sa popularité auprès des consommateurs, sont des éléments qui ont poussé les braqueurs à choisir cette cible, d'après William.

«Ils ne sont pas venus ici pour rien. Dans le centre commercial, Primark, c'est le magasin qui fonctionne le mieux. Il est toujours plein alors que les autres enseignes sont plutôt vides. Je pense qu'ils [les braqueurs] s'attendaient à trouver une fortune dans les caisses du magasin. Ils se sont dirigés directement vers l'entrée, ils ne s'intéressaient pas aux autres enseignes».

La prise d'otages, lors de laquelle les trois braqueurs ont détenus 18 personnes, a pris fin un peu avant 11h, lundi 13 juillet. C'est grâce à une intervention du RAID, l'unité de policiers d'élite, que les 18 otages ont pu être évacuées. L'une d'entre-elles a fait un malaise mais on ne déplore aucun blessés. Les malfaiteurs sont encore en cavale, mais la police assure que «les recherches se poursuivent pour les retrouver».

En savoir plus : Prise d'otages de Primark : les 18 otages ont été évacués par le RAID

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales