«Pourquoi pas au McDo?» : un élu LREM juge «extraordinairement dangereux» qu'on contrôle ses frais

«Pourquoi pas au McDo?» : un élu LREM juge «extraordinairement dangereux» qu'on contrôle ses frais© JACQUES DEMARTHON / AFP Source: AFP
Alain Tourret

Epinglé pour avoir utilisé son indemnité pour se payer des voyages et une télévision, Alain Tourret ne voit pas d'un bon œil l'introduction d'un nouveau système de remboursement des frais. «Ça va être le contrôle», s'inquiète-t-il.

Les députés de La République en marche (LREM) s'annoncent d'ores et déjà très disciplinés face aux futures réformes économiques annoncées par le gouvernement. Mais s'il est un sujet où la fronde menace, c'est bien celui des avantages et des frais de bouche.

«Extraordinairement dangereux», rien de moins. C'est ainsi que le député Alain Tourret, passé du Parti radical de gauche (PRG) au parti d'Emmanuel Macron à la faveur de la vague LREM, qualifie le projet de loi de moralisation de la vie publique adopté par le Sénat et bientôt présenté à l'Assemblée. Le détail qui tétanise le parlementaire : que les députés soient contraints de présenter leurs notes de frais pour obtenir un remboursement.

Fait notable : Alain Tourret, proche d'Emmanuel Macron, avait utilisé son indemnité pour se payer des voyages et une télévision lors de la mandature précédente. Après des révélations de Mediapart, il avait finalement promis de rembourser 16 000 euros utilisés à des fins personnelles...

D'ordinaire, les députés disposent d'une indemnité de frais de mandat sans contrepartie et ne nécessitant pas de justification. Afin que les dépenses du palais Bourbon soient mieux contrôlées, les députés pourraient avoir à présenter un reçu et être indemnisés après coup, comme cela se pratique dans la quasi-totalité des entreprises. 

La crainte d'Alain Tourret ? Qu'on lui reproche ses préférences culinaires et qu'on lui demande, lors de la présentation de ses notes de frais : «Pourquoi avoir déjeuné dans un hôtel 3 étoiles et non pas au McDo?». «Ça va être le contrôle pour savoir si vous avez déjeuné avec tel industriel, avec tel responsable politique», explique-t-il encore, laissant entendre qu'il est habitué à ce genre de pratiques.

Porté par le gouvernement, le projet de loi de moralisation de la vie publique provoque un certain nombre de réticences au sein de la majorité parlementaire. D'abord annoncée comme devant être supprimée, la réserve parlementaire a finalement été maintenue par les députés LREM après une discussion en réunion de groupe le 12 juillet.

Lire aussi : Faute de moralité, LREM recèle d'incroyables talents ! (VIDEO PARODIQUE)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.