«Amateurs de complot» : l'AFP se défend d'avoir voulu étouffer l'affaire Ferrand et contre-attaque

«Amateurs de complot» : l'AFP se défend d'avoir voulu étouffer l'affaire Ferrand et contre-attaque© Charles Platiau Source: Reuters
Photo d'illustration
Suivez RT France surTelegram

Accusée par ses journalistes du syndicat SNJ CGT d'avoir «étouffé des informations gênantes pour le nouveau pouvoir» en ne publiant pas des révélations au sujet de Richard Ferrand, l'AFP a répondu en qualifiant ces allégations de diffamatoires.

L'agence de presse AFP a réagi le 23 juin par l'intermédiaire de sa directrice de l'information, Michèle Léridon, aux accusations formulées le 22 juin par certains de ses propres journalistes. Ces derniers avaient accusé l'AFP, dans un communiqué du syndicat SNJ-CGT, d'avoir sciemment choisi de ne pas révéler des informations pouvant compromettre la carrière politique et ministérielle de Richard Ferrand, cheville ouvrière de l’ascension fulgurante d'Emmanuel Macron.

Dans un post du blog «Making-of», dépendant de l'AFP et animé par des journalistes de l'agence, Michèle Léridon a qualifié d'«inacceptables» les critiques formulées par le syndicat SNJ-CGT. Affirmant que l'AFP «n'étouff[ait] pas les affaires gênantes pour le pouvoir», elle a rétorqué de manière virulente : «N’en déplaise aux amateurs de complot, le pouvoir n’intervient aucunement dans la production de l’information de l’AFP.»

Selon le syndicat CGT, l'AFP était en possession d'informations mettant en cause le désormais ex-ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand, bien avant que l'affaire des Mutuelles de Bretagne ne soit publiée le 24 mai par le Canard enchaîné. Le SNJ CGT ajoutait : «La rédaction en chef France [de l'AFP] n'a pas jugé le sujet digne d'intérêt». Des attaques auxquelles la directrice de l'information a rétorqué : «Les éléments dont nous disposions [...] ne répondaient aucunement [à la fiabilité des faits et des sources].»

L'insinuation de collusion avec le «nouveau pouvoir politique» et la mise en cause de la rédaction en chef de l'AFP par le syndicat SNJ CGT ont également été balayées par la directrice de l'information :  «C’est l’une des pires accusations que l’on puisse proférer à l’égard de la rédaction de l’Agence.»

«L’une des obligations fondamentales, contenues dans notre statut, est de diffuser une information exacte, impartiale et digne de confiance. En toute indépendance», a-t-elle assurée, ajoutant : «Pour moi, dire que la rédaction en chef a voulu étouffer des informations de crainte de bousculer un membre du gouvernement relève de la diffamation.»

Lire aussi : Affaire Ferrand : pour un député LREM, «le retour de la morale [...] c'est le début de la charia»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»