Le policier attaqué à Notre-Dame de Paris témoigne et se dit déjà prêt à reprendre du service

Le policier attaqué à Notre-Dame de Paris témoigne et se dit déjà prêt à reprendre du service © Bertrand Guay / AFP
Un gendarme patrouille près de Notre-Dame de Paris

Au lendemain de l’agression au marteau d’un officier de police par un étudiant algérien ayant prêté allégeance à Daesh, la victime a livré son témoignage. Revenant sur l'incident, il assure vouloir déjà reprendre les patrouilles.

«On renseignait un touriste qui nous demandait la direction pour aller vers Montparnasse. Je me retourne pour reprendre ma patrouille, et là l'individu sort d'un groupe de personnes. Ma collègue me crie "attention", et je prends un coup de marteau à l'arrière de la tête», a raconté à Europe 1 le policier de 22 ans, attaqué au marteau le 6 juin sur le parvis de Notre-Dame de Paris.

Déclarant avoir été «sonné», il explique entendre l’assaillant, Farid Ikken, crier : «C’est pour la Syrie !»

«J'ai réalisé que ça n'était pas un fou, c'était quelqu'un qui avait préparé son attaque pour nous avoir», confie l’officier, racontant s’être jeté au sol pendant que son collègue ouvrait le feu au niveau des jambes de l’assaillant.

Après un bref examen médical, le policier, qui n’a aucune séquelle, s’estime déjà «apte à repartir et à reprendre [son] travail normalement».

Dès la soirée de l’attaque, le 6 juin, la section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête sur l’assaillant, Farid Ikken, un étudiant algérien de 40 ans qui poursuivait une thèse en sciences de l'information et de la communication à Metz. Alors que les recherches se poursuivent, les policiers ont retrouvé chez lui une vidéo d’allégeance à Daesh.

Lire aussi : Notre-Dame : une vidéo montre l'assaillant se précipiter sur le policier avant d'être neutralisé

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales