Panique autour de Notre-Dame de Paris juste après l’agression d’un policier, premières images

Un policier a été agressé dans l’après-midi du 6 juin sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris par un homme armé d'un marteau. Ce dernier a été blessé par un tir de riposte, a-t-on appris auprès de la préfecture de police.

Dans l'après-midi du 6 juin, un mouvement de foule a eu lieu près du parvis de Notre-Dame à Paris. Un individu a attaqué un officier de police avec un marteau avant d'être neutralisé par les forces de l'ordre qui sont sur le qui-vive. L’assaillant est un étudiant algérien de 40 ans. Au moment de l’attaque, il «a revendiqué être un soldat du califat».

«C’est pour la Syrie», a-t-il crié au moment de l’attaque.

Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur a expliqué que l’agresseur avait attaqué une patrouille de trois policiers «par-derrière». «Il a commencé à frapper un policier, son collègue a ouvert feu», a-t-il précisé.

Le policier blessé, âgé de 22 ans, est hospitalisé et «l'agresseur est lui-même l'objet de soins», a ajouté le ministre sans donner plus d’informations sur l'état de santé de l'assaillant.

La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête de flagrance confiée à la section antiterroriste (SAT) de la Brigade criminelle de la police judiciaire parisienne et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Une touriste américaine âgée de 73 ans, Lawrence Langner, se promenait sur le pont quand elle a entendu les cris des gens qui s’enfuyaient des abords de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Elle a réussi à filmer la scène.

La fusillade a en effet provoqué un mouvement de foule sur le parvis de Notre-Dame de Paris, ont rapporté des témoins de la scène sur Twitter.

Les forces de l’ordre ont immédiatement bouclé les alentours de Notre-Dame pour prévenir de nouvelles attaques potentielles.

RT France a interviewé un témoin, qui se trouvait sur le parvis de la cathédrale, à côté du policier qui a été attaqué.

«J’ai vu quelqu’un avancer vers les policiers. Les policiers ont commencé à lui crier dessus en lui demandant de s’arrêter, de lever les mains. Le mec n’a pas voulu s’arrêter. Donc, ils ont tiré. Moi, j’ai entendu trois tirs. Au premier tir, les gens ont commencé à courir partout. Puis, ils ont tiré une deuxième fois et une troisième fois. Quand il était au sol, ils l’ont entouré et puis ils ont commencé à courir après quelqu’un qui, apparemment, s’était caché dans les arbres du jardin à côté de la cathédrale», a-t-il raconté au journaliste de RT France.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.