La Commission des droits de l’Homme descend en flammes la politique française de déradicalisation

La Commission des droits de l’Homme descend en flammes la politique française de déradicalisation© Thomas Samson / AFP
Des militaires en patrouille près de l'Arc de Triomphe

Fichiers pour individus radicalisés, état d’urgence... plusieurs mesures ont été prises ces deux dernières années face au terrorisme. Mais elles risquent de restreindre les libertés, estime la CNCDH dans un avis qui sera soumis aux autorités.

«Ce qui nous a frappés, c’est de constater que l’argent engagé depuis janvier 2015 a bien été dépensé mais que la qualité du travail fourni pouvait être extrêmement variable», explique Alain Dru, co-rapporteur d’un avis de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH) sur la politique française de déradicalisation, le 18 mai au journal 20 Minutes.

Le texte, adopté à l’unanimité par cet organisme indépendant chargé de conseiller les autorités françaises, et consulté par le quotidien, se montre en effet particulièrement critique à l’égard des mesures adoptées par le gouvernement depuis les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher en janvier 2015.

La CNCDH s’inquiète ainsi que la lutte contre le terrorisme ne soit synonyme de restriction des libertés : «Un certain nombre de comportements non prohibés devient l’indice d’une supposée intention criminelle […] La suspicion attachée à des propos critiques à l’égard des institutions ou à des comportements révélateurs d’une certaine pratique de l’islam à tendance piétiste, peut porter atteinte à la liberté d’opinion et à la liberté de conscience.»

La Commission se penche par ailleurs sur le cas du Fichier des signalés pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), un registre classé secret défense créé en 2015 et sur lequel figurent 17 000 individus. «Les personnes fichées [au FSPRT] ne font pas toutes l’objet d’un signalement en raison d’agissements, menaçant […] la sûreté de l’Etat, mais simplement en raison d’une conduite ou un d’un comportement exprimant une conviction religieuse», estime la CNCDH, préconisant la suppression du fichier.

L’avis de 26 pages doit être envoyé aux parlementaires et aux nouveaux ministres de l’Intérieur et de la Justice, respectivement Gérard Collomb et François Bayrou, rapporte 20Minutes.

Lire aussi : Deux sénatrices dénoncent l'échec cuisant de la politique de déradicalisation en France (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»