Marion Maréchal-Le Pen tend la main à Laurent Wauquiez et se revendique de la «droite Buisson»

- Avec AFP

Marion Maréchal-Le Pen tend la main à Laurent Wauquiez et se revendique de la «droite Buisson»© Geoffroy Van Der Hasselt Source: AFP
Marion Maréchal-Le Pen

En retrait temporaire de la vie politique, Marion Maréchal-Le Pen a estimé qu'un Laurent Wauquiez à la tête des Républicains changerait la donne. La nièce de Marine Le Pen s'est également revendiquée de la «droite nationale, identitaire, sociale».

«Un profil comme Laurent Wauquiez change la donne», a déclaré Marion Maréchal-Le Pen au cours d'une interview accordée à l'hebdomadaire Valeurs Actuelles. Cet entretien doit paraître le 18 mai, mais des extraits ont d'ores et déjà été cités par l'agence de presse AFP et le journal Le Monde

Interrogée par Valeurs Actuelles sur ce que changerait une éventuelle accession du président Les Républicains (LR) de la région Auvergne-Rhône-Alpes à la tête du parti, la députée Front national (FN) du Vaucluse a expliqué : «On aurait des choses à se dire et à faire ensemble.»

«Ce qui est sûr, c’est que dans le paysage politique actuel à droite, il fait partie de ceux dont les déclarations laissent penser qu’on aurait des choses à se dire et à faire ensemble, je ne vais pas dire le contraire», a-t-elle ajouté.

Marion Maréchal-Le Pen a toutefois nuancé ses propos en estimant que la présence du Front national permettait d'exercer une pression sur la droite. «Pour être honnête, je ne suis pas certaine que Laurent Wauquiez mènerait spontanément cette politique dans son conseil régional s’il n’y avait pas un groupe FN aussi fort, devenu incontournable électoralement», a-t-elle fait savoir. 

«Les Républicains ne sont pas suffisamment en difficulté électorale pour accepter de bouger», a encore estimé la députée FN, tout en précisant le fond de sa pensée : «Les choses seront peut-être différentes dans dix ans. La génération qui vient a déjà mis un bulletin FN dans l’urne, elle est complètement décomplexée [...]. Dans les dix ans qui viennent, les cartes seront totalement rebattues.»  

«Si c’est pour avoir un nouveau Sarkozy, ce n’est pas utile... Laurent Wauquiez est-il sincère ? Je ne sonde pas les cœurs et les reins. Est-il capable de mettre en place des alliances intéressantes ? Seul l’avenir le dira», a-t-elle mis en garde.

Au cours de l'entretien, la petite-fille de Jean-Marie Le Pen a par ailleurs expliqué appartenir à la «droite Buisson», faisant référence à l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson. «J’ai été très marquée, récemment, par son livre La Cause du peuple, dans lequel j’ai vu exposés de manière claire les fondements de cette droite nationale, identitaire, sociale qui est la mienne», a-t-elle ajouté.

De son côté, Laurent Wauquiez s'est fendu d'une réponse laconique le 17 mai sur Twitter : «Ma position n'a jamais varié : pas d'alliance avec la gauche et le FN. Une seule boussole : les valeurs de la droite et du centre.»

Marion Maréchal-Le Pen s'est temporairement retirée de la vie politique depuis le 10 mai, mais sans exclure de mener un combat qu'elle a qualifié de «parallèle [à la politique], culturel par exemple». 

Lire aussi : Rapprochement d'élus Républicains avec Macron : LR écope le navire, le FN à l'abordage

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.