«15 minutes pour convaincre» : les 11 candidats défilent pour un ultime oral avant la présidentielle

«15 minutes pour convaincre» : les 11 candidats défilent pour un ultime oral avant la présidentielle© Martin Bureau Source: AFP
Les candidats s'affrontent sur France 2

A l’heure où de nombreux électeurs sont encore indécis, les prétendants à l’Elysée se succèdent sur France 2 pour des entretiens télévisés successifs. L’idée d’un nouveau débat, à trois jours du premier tour du scrutin, n’avait pas fait l’unanimité.

Mise à jour automatique
  • Quelque 4,66 millions de téléspectateurs (21,1% de part d'audience) ont regardé jeudi soir sur France 2 l'émission politique qui réunissait les 11 candidats à l'élection présidentielle, selon les chiffres de Médiamétrie publiés le 21 avril.

    Ce score, le plus élevé de la soirée, reste très inférieur aux 6,3 millions de personnes qui avaient suivi le débat à onze sur BFMTV et CNews le 4 avril et aux plus de 10 millions réunis devant le débat avec les cinq favoris sur TF1 et LCI le 20 mars. 

  • «Le cauchemar recommence, une fois encore», lance Marine Le Pen, évoquant un «sentiment de tristesse».

    «Tout n'est pas fait pour mettre nos compatriotes à l'abri», ajoute-t-elle, promettant de mettre des «moyens» pour lutter contre le terrorisme. «Je ne veux pas qu'on dise à la jeunesse» qu'elle doit s'habituer à vivre «durablement» avec la menace, lance-t-elle, envoyant une pique à Emmanuel Macron.

  • Emmanuel Macron exprime sa «solidarité» envers la victime. «Nous vivrons durablement» sous la menace terroriste, indique-t-il, assurant qu'il protégera la France de celle-ci, en renforçant les moyens de sécurité et de renseignement.

    «Nous ne devons pas céder à la peur», ajoute-t-il.

  • Nathalie Arthaud exprime sa «solidarité avec les victimes» de la fusillade. Elle se désolidarise ensuite de la «politique de l'Etat français», assurant qu'il est responsable de la montée du fondamentalisme.

  • Nicolas Dupont-Aignan fait part de ses pensées à la famille de la victime de la fusillade des Champs-Elysées. «Le meilleur hommage que l'on puisse leur rendre est d'agir enfin pour vaincre les barbares», lance-t-il.

    Le choix des électeurs sera celui de la «survie de la France comme nation libre», estime le candidat, rappelant les problématiques de l'économie et de la souveraineté.

  • François Asselineau présente ses condoléances à la famille de la victime.

    Il indique ensuite qu'il veut réinstaurer la démocratie en mettant en oeuvre des référendums d'initiative populaire, avec «pouvoir révocatoire».

  • Jacques Cheminade conclut sur la «dictature des marchés financiers».

  • Jean Lassalle insiste de son côté sur «la faiblesse du débat d'idées» et la «perte d'influence» de la France.

  • Philippe Poutou exprime sa tristesse face à l'actualité. Il appelle à stopper les ventes d'armes et les guerres, qui sont selon lui, «le terreau du terrorisme».

    «La mémoire pour les morts, ce n'est pas seulement quand un policier meurt», c'est aussi quand des «salariés se suicident», conclut-il.

  • François Fillon exprime à nouveau sa «solidarité» avec les policiers et la «population française» qui s'inquiète de la multiplication des attentats.

    La lutte «contre le totalitarisme islamiste» doit être une priorité, assure le candidat. Il assure qu'il s'agira de sa «priorité absolue».

Découvrir plus

Le dernier grand oral des onze candidats à l’élection présidentielle est diffusé le 20 avril à 20h sur France 2. France Inter, TV5 Monde et la chaîne de télé France info en assureront également la retransmission.

Sous le titre «15 minutes pour convaincre», les prétendants à l’Elysée passeront à tour de rôle devant David Pujadas et Léa Salamé.

Plusieurs thèmes seront abordés et les candidats disposeront également d’une «carte blanche», durant laquelle ils pourront aborder le sujet de leur choix. Tous les candidats reviendront en fin d’émission afin de conclure et, éventuellement, de faire valoir un droit de réponse.

L’ordre de passage a été tiré au sort.

France 2, qui envisageait d’organiser un nouveau débat rassemblant les 11 candidats à la présidentielle, avait dû revoir le format de son programme après que Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron, notamment, avaient indiqué qu’ils refusaient d’affronter leurs adversaires à trois jours du premier tour du scrutin.

Un sondage de l’institut Odoxa publié par France info le 24 mars révélait que 43% des Français qui comptent voter ne savaient toujours pas quel bulletin ils glisseraient dans l’urne.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales