Accusé par François Fillon de «mentir», Jean-Jacques Bourdin lui propose d'en découdre

Accusé par François Fillon de «mentir», Jean-Jacques Bourdin lui propose d'en découdre
François Fillon lors de son dernier face-à-face avec Jean-Jacques Bourdin le 3 avril 2017, capture d'écran YouTube, DR

Depuis que François Fillon a annulé son interview avec Jean-Jacques Bourdin prévue pour le 21 avril, le torchon brûle entre les deux hommes, lesquels s'accusent mutuellement de mentir. Le journaliste défie le candidat d'accepter un tête-à-tête.

Entre Jean-Jacques Bourdin et François Fillon, c'est désormais la guerre. «Les absents ont toujours tort», a lancé Le journaliste de RMC-BFMTV, indigné que le candidat des Républicains ait refusé son invitation initialement prévue le 21 avril prochain. En attendant, Jean-Jacques Bourdin ne lâche pas le morceau, et met au défi François Fillon d'accepter une dernière invitation, le 18 avril. Du côté du candidat, c'est toujours non.

François Fillon ne semble pas digérer que le journaliste ait mis en cause son «autorité morale». Jean-Jacques Bourdin l'avait par ailleurs accusé de se «dérober». «Il ne veut plus parler des affaires», a-t-il lancé au micro de RMC le 13 avril, ajoutant «il estime qu'on ne peut plus l'interroger [sur le sujet]».

«C'est un véritable mensonge, c'est malhonnête de dire ça», a tempêté le soir même François Fillon lors d'un tête-à-tête avec la journaliste Ruth Elkrief sur BFMTV. «J'ai proposé deux dates, et on était même en train d'en négocier une troisième», a-t-il affirmé. Et le candidat de s'indigner : «Et je me fais insulter en direct sur l'antenne de BFM ?»

Pour Jean-Jacques Bourdin, la réalité est tout autre. «Janvier dernier nous lançons nos invitations pour nos Entretiens d'embauche, l'équipe de François Fillon est la première à répondre et rendez-vous est pris», rapporte le journaliste. «Rendez-vous plusieurs fois confirmé», souligne-t-il, avant de préciser : «Lundi dernier [10 avril], son équipe nous appelle pour annuler».

«A aucun moment, trois dates n'ont été proposées [par l'équipe de campagne de François Fillon]», affirme-t-il encore. Qui dit vrai ? Dans cette affaire, à moins de déballer d'éventuelles correspondances entre le camp Fillon et RMC-BFMTV, ce sera parole contre parole.

Lire aussi : Soupçonné d'emplois fictifs, François Fillon aurait recruté son épouse dès 1982, selon Mediapart

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales