Des associations LGBT dénoncent l'agression d'une militante transgenre à Paris

Des associations LGBT dénoncent l'agression d'une militante transgenre à Paris© Esteban Felix Source: AP

Les déclarations condamnant l'agression d'une militante transgenre se sont multipliées après que la victime a choisi de témoigner, une semaine après avoir été insultée et attaquée à cause de son identité sexuelle.

Emilie Dauby, membre du conseil d'administration du Centre LGBT de Paris, «a été prise à partie [le 5 avril] par un motard, tout d'abord verbalement puis ensuite physiquement, insultes homophobes et transphobes à l'appui», a dénoncé l'Association nationale transgenre (ANT) dans un communiqué paru le 13 avril. 

L'ANT a précisé que l'agresseur s'était enfui, «laissant sa victime choquée, le nez cassé, l'arcade sourcilière ouverte et diverses ecchymoses» - soit onze jours d'interruption temporaire de travail. Une plainte a été déposée «contre l'agresseur pour violences et injures publiques en raison de l'orientation sexuelle et de l'identité de genre», selon l’association. 

Le témoignage de la militante, qui s'est confiée le 12 avril à la chaîne d'information LCI, a suscité un élan de solidarité sur les réseaux sociaux. Condamnant «avec fermeté» cette agression, le maire de Paris, Anne Hidalgo, a également apporté son soutien à la victime au centre LGBT de la capitale.

«Quand il a vu que j’étais une femme transgenre, il a commencé à me bombarder d’injures transphobes. Puis il a commencé à me pousser», avait témoigné Emilie Dauby, précisant que les insultes «enc... de travelo» ou «sale pédale» avaient été prononcées à son encontre par son agresseur. 

Le centre LGBT d'Île-de-France avait communiqué son soutien à la militante agressée dès le 11 avril, rappelant que «63 témoignages de transphobie ont été enregistrés par SOS homophobie sur l'année 2016, faisant bien souvent état de violences physiques ou de menaces».

Lire aussi : La CEDH condamne les obligations imposées en France aux transgenres pour changer d'état civil

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales