Emmanuel Macron prône une intervention militaire internationale en Syrie contre Daesh et Assad

Emmanuel Macron prône une intervention militaire internationale en Syrie contre Daesh et Assad© Lionel BONAVENTURE / POOL Source: AFP
Emmanuel Macron
Suivez RT France surTelegram

Lors de l'Emission Politique du 6 avril, le candidat d'En Marche ! a appelé à organiser une opération militaire en Syrie avec plusieurs puissances internationales. Celle-ci devrait cibler prioritairement Daesh, mais aussi le gouvernement syrien.

«Oui, il faut une intervention internationale en Syrie. Une intervention militaire», a déclaré sans ambages Emmanuel Macron, dès le début de L'Emission politique du 6 avril, sur France 2. Interrogé sur l'attaque chimique supposée dans la ville syrienne de Khan Cheikhoun du 3 avril, le prétendant à l'Elysée a tenté de décrire les formes de l'opération militaire qu'il aimerait mettre sur pied – sans toujours parvenir à faire preuve de la plus grande clarté.

Cette opération, a expliqué le leader d'En Marche !, devrait cibler prioritairement le groupe terroriste Etat islamique, mais aussi le gouvernement syrien (qui lutte lui-même contre l'Etat islamique). 

«Bachar el-Assad n'en est pas à son premier crime. Si les faits se confirment, il faut une intervention militaire internationale [...]. On ne peut pas laisser ce qui s'est passé sans sanction», a développé le candidat à la présidentielle, à propos du drame du 3 avril.

L'étendue de cette opération militaire théorique contre l'armée syrienne, néanmoins, n'a pas été précisément délimitée par l'homme politique.

Une intervention internationale contre Daesh et Bachar el-Assad... impliquant la Russie ?

Une telle intervention militaire, a précisé l'ex-ministre de l'Economie, devrait réunir un certain nombre de grandes puissances... dont la Russie, pourtant alliée militaire du gouvernement syrien. Idéalement, a-t-il ajouté, l'opération devrait se faire sous l'égide de l'ONU. La journaliste Léa Salamé lui fait alors remarquer qu'un tel projet était voué à l'échec, dans la mesure où la Russie dispose d'un droit de veto au Conseil de Sécurité de l'ONU et s'est opposée, jusqu'alors, à toute action ou sanction contre le gouvernement syrien.

En fin d'émission, l'invité de France 2 a été de nouveau encouragé à préciser sa pensée sur ce thème. Il l'a développée en trois points : premièrement, il souhaite que l'ONU prenne des sanctions contre le gouvernement syrien. Deuxièmement, il souhaite une intervention «diplomatique» de «toutes les parties», dont la France, afin d'obtenir un départ de Bachar el-Assad. Troisièmement, Emmanuel Macron rejette l'option d'une intervention unilatérale française en Syrie, mais n'est pas contre une option militaire sous l'égide de l'ONU, contre le gouvernement syrien ainsi que Daesh.

Une contamination en Syrie sur laquelle Occidentaux et Russes livrent une interprétation différente

A l'issue du drame syrien évoqué dans l'émission télévisée (la contamination de plus de 80 personnes à Khan Cheikhoun), les pays occidentaux ont immédiatement pointé la responsabilité, selon eux, de Damas, évoquant une attaque chimique contre des civils. Face à ces accusations, Moscou estime que les premières accusations contre Assad ont été portées «alors que personne n'avait encore accès à cette zone».

La Défense russe a également déclaré être en mesure de produire des preuves irréfutables que l’aviation syrienne avait en réalité visé un entrepôt des «rebelles», dans lequel il s'est avéré qu'ils stockaient des produits chimiques.

Lire aussi : Elections présidentielles : comment les candidats voient-ils la relation franco-russe ?

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix