Nouveau blocus des lycées contre les violences policières (IMAGES)

Nouveau blocus des lycées contre les violences policières (IMAGES)© Capture d'écran Twitter@celina_amr
L'entrée du lycée Louis Armand à Paris, le 2 mars

En réaction à l'affaire Théo, des élèves contestant les méthodes de la police ont une nouvelle fois tenté de bloquer l'accès à leurs établissements en Ile-de-France. Le mouvement a été suivi dans quelques lycées de province.

Le blocus des lycées continue ce 2 mars, dans le cadre du mouvement de réaction à l'interpellation de Théo Luhaka. Les lycéens souhaitent ainsi faire part de leur mécontentement face «aux violences policières et d'Etat», selon le Mouvement inter-luttes indépendant, l'un des organisateurs des protestations.

Plusieurs établissements de la région parisienne ont vu des poubelles s'amonceler devant leur portes, rendant leur accès plus difficile ou impossible dans la matinée.

Au lycée Auguste Renoir à Asnières, une banderole réclamant «Justice pour Théo» a été déployée.

Au lycée Colbert, dans le 10e arrondissement de Paris, les forces de l'ordre on dégagé les poubelles de l'entrée, mais les élèves poursuivent leurs tentatives de blocage, affichant des slogans plutôt musclés tels que «ACAB» (acronyme de «All Cops Are Bastards», soit «Tous les flics sont des...»).

Quelques lycées de province ont également été bloqués, à Lille, Marseille et dans l'agglomération nantaise.

Les lycéens sont mobilisés depuis fin février, menant des actions similaires dans leurs établissements en réponse à l'interpellation brutale de Théo Luhaka à Aulnay-sous-Bois. Alors que l'IGPN a annoncé que l'usage de la force lors de l'arrestation était légitime, les blessures subies par le jeune homme ont fait peser sur l'un des policiers des soupçons de viol au moyen d'une matraque.

Lire aussi: Incidents dans plusieurs lycées de région parisienne touchés par des blocus suite à l'affaire Théo

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales