«Je ne me retirerai pas» : François Fillon demande aux Français de le suivre

- Avec AFP

«Je ne me retirerai pas» : François Fillon demande aux Français de le suivre© Christian Hartmann Source: Reuters
Francois Fillon à Maisons-Alfort, le 24 février

Le candidat de la droite s'exprimait depuis son QG de campagne, alors qu'il vient de recevoir une convocation des juges lui signifiant sa mise en examen. Il a dénoncé un «assassinat politique» portant atteinte à «la campagne présidentielle».

«Je ne me retirerai pas», s'est exclamé François Fillon, martelant qu'il entendait aller «jusqu'au bout», le 1er mars, depuis son QG de campagne. Le candidat du parti Les Républicains (LR) y avait convoqué la presse pour y faire une annonce après avoir été convoqué par les juges qui lui ont signifié qu'il serait mis en examen, le 15 mars, dans le cadre de l'enquête sur l'emploi présumé fictif de son épouse. 

Le Premier ministre de Nicolas Sarkozy, qui avait annoncé le 26 janvier dernier qu'il renoncerait à se présenter en cas de mise en examen, en a profité pour demander aux Français de «tenir bon et de [le] suivre».

Pour justifier le maintien de sa candidature, François Fillon s'est étonné de la rapidité de l'enquête préliminaire, dénonçant le «viol systématique de l'Etat de droit» et la «disparition de la présomption d'innocence». Selon lui, il s'agirait d'une manœuvre destinée à l'«empêcher d'être candidat». 

Dans le prolongement de la dimension politique qu'il attribue à l'enquête dont il est l'objet, le candidat a déclaré, conformément à la stratégie déjà mise en place par son équipe ces derniers jours : «A travers moi, c'est la campagne présidentielle qui est visée.»

En dépit des critiques qu'il a formulées contre des juges qui ne le traiteraient pas comme un «justiciable ordinaire», il a tenu à préciser qu'il ne «désespérait pas de la justice».

Dans la matinée, le candidat Les Républicains avait annulé à la dernière minute sa visite au salon de l'agriculture afin de réunir ses proches et de contacter les cadres de son parti. Puis, après l'annonce par plusieurs médias de la mise en garde à vue de Penelope Fillon, finalement démentie, il s'était entretenu avec différents cadres de sa formation politique.

Lire aussi : François Fillon reporte sa visite au salon de l'agriculture sans donner d'explications

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»