La droite en effervescence après l'annonce de la convocation du couple Fillon par les juges

La droite en effervescence après l'annonce de la convocation du couple Fillon par les juges
Convoqué par les juges, François Fillon a convoqué ses proches et demandé conseil aux cadres de son parti

François Fillon s'est s'exprimé après l'annonce de la mise en garde à vue de sa femme Penelope, démentie par la suite. Reste que le couple Fillon a bel et bien été convoqué par les juges.

Penelope Fillon est convoquée chez les juges d'instruction en vue d'une éventuelle mise en examen dans l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs qui la vise en tant qu'ancienne assistante parlementaire de son mari François Fillon, a appris l'AFP de source proche du dossier, sans préciser la date de cette convocation.

Selon le Figaro, Penelope Fillon pourrait néanmoins être convoquée le 18 mars. 

Le candidat de la droite à la présidentielle a lui-même annoncé un peu plus tôt qu'il était convoqué le 15 mars pour être mis en examen dans le cadre de cette instruction.

«L'ancien Premier ministre ne sait pas quelle stratégie adopter face à la convocation du juge : coopérer avec les juges ou ne pas répondre à la convocation», a confié une source proche de François Fillon au JDD. Le candidat a ainsi pris contact avec plusieurs cadres de son parti.

L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac, Alain Juppé, a parlé dans la matinée avec le candidat de la droite à la présidentielle, «mais ne veut pas s'exprimer à ce stade de la journée», a-t-il déclaré à l'AFP. Nicolas Sarkozy, selon son entourage, a également eu une conversation avec son ancien rival pour évoquer l'avenir de la campagne des Républicains.

Dans la foulée, Patrick Stefanini aurait démissionné de son poste de directeur de campagne, rapporte encore Le Figaro. «Mais elle n'a pas encore été acceptée» par le candidat, précise le quotidien. L'équipe de campagne du candidat a, dans la matinée, longuement discuté la stratégie à adopter face à ce nouveau rebondissement judiciaire.

Mercredi 1er mars, après l'annulation inopinée du déplacement de François Fillon au salon de l’agriculture, Mediapart avait annoncé que Penelope Fillon, l'épouse du candidat des Républicains à la présidentielle, avait été placée en garde à vue. L'information, après avoir été largement reprise par les médias français et internationaux, avait finalement été démentie par des sources judiciaires.

Le Parquet national financier (PNF) a décidé d'ouvrir le 24 février une information judiciaire concernant l'affaire des emplois présumés fictifs de son épouse. Depuis plusieurs semaines, le candidat des Républicains peine à reprendre la main sur l'agenda médiatique de la campagne à cause des rebondissements de l'enquête.

Lire aussi : «Affaire Fillon : ouverture d'une information judiciaire»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»