«Chez nous» : à Hénin-Beaumont, des militants frontistes protestent contre le film anti-FN

- Avec AFP

«Chez nous» : à Hénin-Beaumont, des militants frontistes protestent contre le film anti-FN© PHILIPPE HUGUEN Source: AFP

Alors que le long-métrage «Chez nous» récemment sorti dans les salles a scandalisé le Front national par son aspect caricatural qu'il livre du parti à la flamme, des habitants de Hénin-Beaumont ont décidé de protester devant le cinéma de la ville.

Un groupe de militants du Front national (FN) a manifesté le 22 février devant un cinéma d'Hénin-Beaumont dans le Pas-de-Calais pour protester contre le film Chez nous qui caricature selon eux une campagne pour les municipales d'un parti qui ressemble fortement au FN.

«On veut montrer notre opposition à ce film irréel qui ne représente ni le FN ni ses électeurs», a expliqué Laurent Dassonville, responsable du parti pour le canton d'Avion, dans le Pas-de-Calais. Il estime qu'il est «anormal qu'on autorise la diffusion d'un tel film, hostile au FN en pleine période électorale». 

Munis d'une banderole sur laquelle on peut lire «Oui, on est chez nous», ornée du logo du parti à la flamme, ainsi que de drapeaux français, les militants, dont certains distribuaient des tracts en faveur de Marine Le Pen, n'empêchaient pas, cependant, les spectateurs d'accéder à la salle de cinéma. Le film devait y être projeté au cours de trois séances, dans l'après-midi du 22 février.

«On n'est pas là pour empêcher la diffusion du film que les gens jugeront eux-mêmes. On est dans un lieu culturel que l'on respecte, mais on montre notre mécontentement», a poursuivi Laurent Dassonville, promettant que d'autres actions de ce genre auront lieu dans la région et particulièrement «dans le bassin minier».

© PHILIPPE HUGUEN Source: AFP
Une dizaine de militants du Front national sont venus protester devant le cinéma de Hénin-Beaumont contre la projection du film "Chez nous" qui retrace en fiction le parcours d'une jeune militante FN aux municipales

Le long métrage Chez nous se déroule dans une ville imaginaire du Pas-de-Calais baptisée Hénard. Notons que Hénin-Beaumont, fief du FN, s'appelait auparavant Hénin-Liétard. La ressemblance est donc criante.

Dans le long métrage, une infirmière, Pauline Duhez (jouée par Emilie Dequenne), connue dans la ville et appréciée par ses patients, est approchée par des dirigeants d'un parti qui se veut d'extrême droite et appelé le Bloc patriotique.

On lui propose la tête de liste aux municipales, aux côtés de la dirigeante du parti. Au départ hésitante, Pauline va se laisser séduire par ce parti dont elle pense qu'il peut aider les ouvriers.

La dirigeante du parti, Agnès Dorgelle (Catherine Jacob), a, elle aussi, une ressemblance flagrante avec Marine Le Pen : blonde, à forte carrure et au discours musclé. Elle reste cependant un personnage secondaire.

«Pauvre Marine Le Pen, qui est caricaturée par ce pot à tabac de Catherine Jacob. Un sacré navet en perspective», s'était insurgé fin décembre 2016 sur Twitter le maire d'Hénin-Beaumont, Steeve Briois, vice-président du FN.

Lire aussi : Salle retirée pour un meeting de Marine Le Pen : la justice annule la décision

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Qui est pour vous le principal fossoyeur de la gauche en 2017 ?

Résultats du sondage