La perspective d'une alliance Mélenchon-Hamon pour sauver la gauche de plus en plus improbable

- Avec AFP

La perspective d'une alliance Mélenchon-Hamon pour sauver la gauche de plus en plus improbable © Jonathan Moadab / RT France
Les comptes twitter de Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon

Le Parti socialiste et France Insoumise, par le biais de leur porte-paroles, se renvoient la balle par médias interposées en vue d'un éventuel rapprochement pour l'élection présidentielle française. Un dialogue de sourds qui devrait mener à l'échec.

La conclusion d'un accord entre Benoît Hamon, qui a prévenu qu'il ne «courrait pas après Jean-Luc Mélenchon», et le candidat de La France Insoumise, qui a déclaré qu'il n'avait «pas l'intention de s'accrocher à un corbillard», semble pour le moins compromise. Cette perspective a été renforcée le 20 février après les déclarations de Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste (PS), et d'Alexis Corbière, porte-parole du mouvement La France Insoumise.

Lire aussi : L'équipe de campagne de Benoît Hamon dans les starting-blocks

Jean-Christophe Cambadélis a affirmé qu'en cas d'échec sur un accord entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle, il reviendrait «aux électeurs» de trancher entre les deux candidats.

«Quand vous ne pouvez pas vous mettre d'accord au sommet, entre les appareils, il faut créer de la dynamique pour que ce soient les électeurs qui tranchent», a jugé le premier secrétaire du PS sur France 2.

Lire aussi : L'économiste Thomas Piketty rejoint l'équipe de campagne de Benoît Hamon

«Jean-Luc Mélenchon est engagé dans une dynamique, il n'avait pas prévu l'arrivée de Benoît Hamon et est gêné par cette nouvelle donne, d'autant que Benoît Hamon peut tout à fait être compatible avec Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron», a-t-il déclaré, alors que le candidat socialiste a critiqué à plusieurs reprises ces dernières semaines l'ex-ministre de l'économie !

Qualifiant de «minimes au regard de l'enjeu» les désaccords entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, le dirigeant socialiste a assuré que «les électeurs qui sont autour de Jean-Luc Mélenchon voient bien que l'efficacité commande de se rassembler autour de Benoît Hamon», estimant que la gauche «face à la droite ou face à l'extrême-droite» était, «dans les conditions actuelles», éliminée du second tour.

«Ils veulent des gens à genoux qui ne leur demandent aucune garantie»

Mais le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière, est passé à l'offensive, décrivant le champion socialiste comme «un candidat sous influence solférinienne», reprochant au PS de vouloir «des gens à genoux qui ne leur demandent aucune garantie».

«Il est matricé culturellement, Benoît Hamon», a dénoncé sur RMC Alexis Corbière. 

«Quand un socialiste vous parle d'unité, ça veut dire "derrière moi". Voilà, c'est ce qu'il faut comprendre, et dès que vous n'êtes pas d'accord, on vous dit "vous avez un gros ego" [...] C'est absurde de discuter comme ça», a affirmé Alexis Corbière.

Lire aussi : Primaire à gauche : le Parti socialiste compte-t-il encore pour Jean-Luc Mélenchon ?

Sur France Inter, Clémentine Autain, porte-parole du mouvement Ensemble, qui soutient Jean-Luc Mélenchon, a estimé qu'il fallait «continuer à discuter [...] Et pour le coup la balle est dans le camp de Benoît Hamon, je crois, ce matin», a-t-elle déclaré.

«Ne figeons pas les divergences, continuons à discuter et à faire émerger cette majorité. Mais ne faisons pas comme si on pouvait d’un trait de plume gommer ce qui a fait différence entre nous, et même différence forte entre ceux qui ont soutenu le gouvernement et ceux qui l’ont combattu pendant cinq ans», a-t-elle ajouté.

Lire aussi : Rassemblement de la gauche derrière Benoit Hamon : une «posture» à l'échec prévisible

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales