«Affaire Théo» : rassemblement contre les violences policières à Paris (IMAGES)

Des manifestants réclamant «justice» pour Théo, gravement blessé lors de son interpellation par la police le 2 février, se rassemblent à Ménilmontant, dans la capitale, le 8 février. De légers débordements ont eu lieu.

Une semaine après qu'un jeune habitant d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ait été hospitalisé à l'issu de son arrestation, les mouvements de colère contre les violences policières ne faiblissent pas. Le 8 février, des personnes revendiquant leur solidarité avec Theo et critiquant les forces de l'ordre se sont retrouvées dans le quartier de Ménilmontant, à Paris, à partir de 18h00.

Malgré la forte présence policière sur place, des incidents ont éclaté. Notre correspondant a notamment filmé un établissement bancaire pris pour cible à coups de pierres.

Plusieurs poubelles ont également été enflammées et la grille du métro a été forcée par les protestataires.

Pourtant, tout avait débuté dans le calme quand un des proches de Théo a pris la parole devant la foule afin de transmettre les remerciements du jeune homme aux manifestants. 

Un rassemblement au même endroit, le 7 février, avait été entachée d'incidents, tels que des heurts avec des policiers casqués et des feux de poubelles.

Des scènes de violence, en outre, ont éclaté dans différentes villes de Seine-Saint-Denis, au cours des nuits qui ont suivi la diffusion de la vidéo de l'arrestation très violente de Théo. 

Le jeune habitant d'Aulnay-sous-Bois, âgé de 22 ans, affirme avoir été victime de «coups», de crachats et d'insultes racistes de la part des policiers, et un des fonctionnaires lui aurait «enfoncé volontairement» une matraque dans l'anus. Il s’est vu prescrire 60 jours d'incapacité totale de travail (ITT).

Lire aussi : Violences policières, émeutes en Seine-Saint-Denis... «L'affaire Théo» secoue les politiques

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales