Serge Dassault condamné à cinq ans d'inéligibilité et deux millions d'euros d'amende

- Avec AFP

Serge Dassault condamné à cinq ans d'inéligibilité et deux millions d'euros d'amende© Eric Feferberg Source: AFP
Serge Dassault
Suivez RT France surTelegram

Le milliardaire, industriel et sénateur Serge Dassault a été condamné à cinq ans d'inéligibilité et deux millions d'euros d'amende pour blanchiment de fraude fiscale. Selon ses avocats, Serge Dassault a fait appel de sa condamnation.

Le sénateur Serge Dassault a été condamné le 2 février à Paris à cinq ans d'inéligibilité et 2 millions d'euros d'amende pour avoir caché au fisc français des dizaines de millions d'euros à l'étranger pendant quinze ans.

Condamné pour blanchiment de fraude fiscale, le doyen du Sénat a toutefois annoncé, selon ses avocats, qu'il ferait appel de cette condamnation. PDG du groupe Dassault, un des principaux groupes industriels français, le milliardaire ne devrait néanmoins pas perdre son fauteuil de sénateur avant la fin de son mandat à l'automne 2017.

Le parquet national financier (PNF) avait pourtant requis en plus des cinq ans d'inéligibilité, deux ans de prison avec sursis et neuf millions d'euros d'amende contre le sénateur, un élu qui «a piétiné toutes les lois qu'il a votées sur le thème de la fiscalité» et «trahi son mandat», selon le PNF. Mais, le tribunal correctionnel de Paris, tout en considérant que «l'ampleur de la fraude et sa durée» justifieraient «une peine d'emprisonnement ferme», a finalement estimé que cela n'aurait «aucun sens» du fait «du grand âge» de Serge Dassault.

L'homme d'affaire de 91 ans, membre du parti Les Républicains, était jugé depuis le 16 janvier. Le parquet national financier accusait Serge Dassault d’avoir dissimulé des dizaines de millions d’euros au fisc sur les comptes de quatre fondations et sociétés, basées aux Iles Vierges britanniques, au Luxembourg et au Liechtenstein, qui ont abrité jusqu'à 31 millions d'euros en 2006, puis près de 12 millions en 2014.

Le PNF lui reprochait également de ne pas avoir mentionné dans ses déclarations de patrimoine onze millions d’euros en 2014 et 16 millions d'euros en 2011. Le sénateur avait depuis régularisé sa situation, tant auprès de l'administration fiscale - il a réglé près de 19 millions d'euros pour huit ans de redressement fiscal - que de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), qui avait saisi la justice.

Lire aussi : Jérôme Cahuzac jugé pour fraude fiscale trois ans après son mensonge public sur ses comptes suisses

C'est la première fois que Serge Dassault est condamné, mais la deuxième fois qu'il est susceptible de perdre un mandat électoral sur décision de justice.

En 2009, le Conseil d’Etat avait ainsi annulé sa réélection à la mairie de Corbeil-Essonnes (Essonne) l'année précédente en raison de «dons d'argent» et avait déclaré Serge Dassault inéligible pendant un an.

Lire aussi : Patrick Balkany avoue posséder des comptes bancaires offshore

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix