Viry-Châtillon : 11 adolescents interpellés après l'agression de policiers aux cocktails Molotov

Viry-Châtillon : 11 adolescents interpellés après l'agression de policiers aux cocktails Molotov© Miguel Medina Source: AFP
L'attaque de policiers à Viry-Châtillon avait donné lieu à un mouvement de contestation de "policiers en colère"

Alors que l'enquête se poursuit pour retrouver les auteurs de la violente attaque de plusieurs membres des forces de l'ordre en banlieue parisienne, survenue en octobre, 11 jeunes de 17 à 19 ans ont été arrêtés lors d'une opération de police.

Une source policière a révélé à l'AFP que 11 personnes «âgées de 17 à 19 ans» avaient été interpellées le 17 janvier lors d'une opération menée dans le cadre de l'enquête sur l'agression de policiers à Viry-Châtillon.

Les suspects, dont la plupart ont été arrêtés dans le quartier sensible de la Grande Borne, à Grigny, ville voisine de Viry-Châtillon, ont été placés en garde à vue, a précisé le parquet d'Evry dans un communiqué. La même source ajoute que certaines des personnes interpellées sont «susceptibles d'avoir participé aux faits».

Début décembre, un adolescent de 17 ans suspecté d'avoir participé à la confection des explosifs utilisés lors de l'attaque avait été mis en examen et écroué, avant d'être remis en liberté. Un second mineur âgé de 15 ans, soupçonné des mêmes faits, avait été placé sous le statut de témoin assisté, intermédiaire entre la mise en examen et l'état de simple témoin.

Le 8 octobre, à Viry-Châtillon, une quinzaine d'agresseurs avaient incendié, en lançant des cocktails Molotov, deux voitures de police occupées par quatre agents de police en mission de surveillance. 

Ceux-ci veillaient sur une caméra installée près d'un feu rouge réputé pour ses vols avec violences sur des automobilistes.

Deux policiers avaient été très grièvement brûlés et deux autres plus légèrement touchés.

Cette agression avait débouché, quelques jours plus tard, sur un mouvement de contestation de la part de policiers mécontents quant à leurs conditions de travail, qui avaient manifesté un peu partout en France.

Lire aussi : Manifestation à Paris de 200 policiers «en colère», entre la Concorde et l'Arc de Triomphe

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.