L'Assemblée nationale vote l'obligation de caméras dans les abattoirs à partir de 2018

- Avec AFP

L'Assemblée nationale vote l'obligation de caméras dans les abattoirs à partir de 2018© Xavier Leoty Source: AFP
Un travailleur dans un abattoir à Surgères, dans l'ouest de la France

La nouvelle mesure adoptée par les parlementaires répond à une série de scandales ayant touché les abattoirs. Des caméras seront ainsi installées dès l'année prochaine dans ces établissements. Une majorité de Français y est d'ailleurs favorable.

L'Assemblée nationale a voté dans la soirée du 12 janvier l'obligation d'installer des caméras dans les abattoirs à partir de 2018. Cette mesure, souhaitée par les radicaux de gauche et les associations de protection animale, doit permettre d'accroître la transparence et le contrôle dans les 960 établissements français de découpe animale.

À partir du 1er janvier 2018, et à l'issue d'une expérimentation, «des caméras [seront] installées dans tous les lieux d’acheminement, d’hébergement, d’immobilisation, d’étourdissement, d’abattage et de mise à mort des animaux», stipule la disposition adoptée à l'Assemblée nationale.

L'expérimentation devra permettre «d’évaluer l’opportunité et les conditions de la mise en place» des caméras, ont fait préciser les députés socialistes, via un amendement à la proposition de loi pour le «respect de l'animal en abattoir», portée par le député Olivier Falorni (divers gauche).

«Nous sommes déjà dans des discussions pour des expérimentations [...] Actons le fait que ça va se généraliser», a plaidé le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll après une interruption de séance, alors qu'il s'était montré prudent jusqu'alors, invoquant «la crise de l'élevage» et le «respect des travailleurs» dans les abattoirs.

Malgré l'opposition de quelques députés de droite et du centre, qui ont indiqué craindre la disparitions des petits abattoirs compte tenu de cette nouvelle charge, la mesure a été adoptée par 28 voix contre 4.

En octobre 2016, un sondage réalisé par l'Ifop pour la Fondation Brigitte Bardot et l'association Droits des animaux avait indiqué que plus de huit Français sur dix (85%) étaient favorables à l'installation de caméras de surveillance dans les abattoirs.

Depuis octobre 2015, des vidéos-chocs réalisées notamment par l’association de défense des animaux L214 ont permis de lever le voile sur des cas de maltraitance animale et de cruauté dans plusieurs établissements français.

Lire aussi : IMAGES CHOQUANTES : une vidéo d'animaux torturés entraîne la fermeture de l'abattoir de Vigan

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.