Charlie Hebdo relaxé dans le procès que lui a valu un dessin se moquant des trisomiques

- Avec AFP

Charlie Hebdo relaxé dans le procès que lui a valu un dessin se moquant des trisomiques © Capture d'écran Twitter
Charlie Hebdo, la Une qui ne passe pas

Le Collectif contre l'handiphobie a perdu le procès qu'il a intenté à Charlie Hebdo, pour sa une sur Nadine Morano, «fille trisomique cachée» du général de Gaulle, après que la députée a affirmé que la France était un pays de «race blanche».

Poursuivi pour injure et provocation à la haine et à la discrimination, Laurent Sourisseau, alias Riss, auteur d'un dessin représentant Nadine Morano en trisomique et dans les bras du général de Gaulle, a été relaxé par la chambre de la presse du tribunal correctionnel de Paris. L'hebdomadaire était poursuivi par le Collectif contre l'handiphobie, qui y voyait une injure, ainsi qu'une provocation à la haine et à la discrimination.

A travers ce dessin, publié en octobre 2015, Riss avait expliqué aux juges de la 17e chambre lors de l'audience le 18 novembre dernier qu'il avait voulu railler «l'audacieuse» filiation politique revendiquée par Nadine Morano.

«Nous sommes un pays judéo-chrétien, le général de Gaulle le disait, de race blanche, qui accueille des personnes étrangères», avait déclaré Nadine Morano sur un plateau de télévision, suscitant immédiatement un tollé.

Ces propos avaient même fait l'objet d'un signalement de la part de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), auquel le parquet n'avait pas donné de suites judiciaires. Sur le plan politique, Nadine Morano s'était vu retirer son investiture du parti Les Républicains pour les élections régionales.

Lire aussi : Nadine Morano en trisomique, une nouvelle polémique pour Charlie Hebdo

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales