Deux sénateurs vont saisir le CSA après l'intervention de Farid Benyettou sur C8

Deux sénateurs vont saisir le CSA après l'intervention de Farid Benyettou sur C8© THOMAS SAMSON Source: AFP
Deux sénateurs vont saisir le CSA après l'intervention de Farid Benyettou sur C8

La polémique survenue après l'intervention sur C8 du mentor des auteurs de l’attentat de Charlie Hebdo a atteint les sphères politiques. Deux sénateurs vont saisir le CSA pour rappeler aux médias «l'exigence de décence qui s'impose à eux».

Deux sénateurs, Nathalie Goulet et André Reichardt, vont saisir le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) après l'apparition sur la chaîne de télévision C8 de Farid Benyettou, l'inspirateur des frères Kouachi. 

Dans un communiqué, ils considèrent son intervention – dans laquelle il arbore un badge «Je suis Charlie» – comme «une scène d'une rare indécence» et «une provocation à l'égard des victimes du terrorisme islamiste». 

Ils rappellent que la déontologie des médias figure parmi les attributions du CSA et espèrent que «le Conseil saisira cette occasion pour rappeler aux médias la responsabilité qui leur incombe et l’exigence de décence qui s’impose à eux dans le traitement de faits si sensibles».

L’ancien salafiste, qui travaille désormais aux côtés de l’anthropologue française Dounia Bouzar dans une association qui vise à «déradicaliser» les jeunes, était venu présenter son livre sur C8, co-écrit avec cette dernière, Mon djihad, itinéraire d'un repenti.

Devant la polémique qui enfle, Farid Benyettou a écrit le 9 janvier un communiqué de presse pour s'expliquer. Il a dit assumer sa part de responsabilité dans l'attentat contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher, et avoir compris qu'au delà de ses quatre ans de prison, il lui restait «une dette morale envers la France». Il a précisé que la date de parution du livre avait pour but «d'envoyer un message d'espoir dans cette période d'hommage».

Si il a affirmé vouloir poursuivre son combat contre le djihadisme, il a annoncé avoir pris conscience que ses apparitions médiatiques avaient mis plusieurs personnes mal à l’aise et avoir pris la décision «de ne plus intervenir publiquement à compter de ce jour».

Lire aussi : Cérémonie d’hommage aux victimes des attentats de janvier 2015 à Paris

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que retenez-vous de ce premier tour de la présidentielle ?

Résultats du sondage