Paris : Après les actions à Orly et Roissy, mobilisation des VTC devant le siège d'Uber (VIDEO)

- Avec AFP

Paris : Après les actions à Orly et Roissy, mobilisation des VTC devant le siège d'Uber (VIDEO)© PATRICK KOVARIK Source: AFP

En se rassemblant aux aéroports d'Orly et Roissy, les VTC ont repris le 23 décembre leur mobilisation afin de pousser Uber à relever des prix qu'ils jugent «indignes». Un médiateur nommé par le gouvernement vient de démarrer sa mission.

A 6h40, plusieurs dizaines de voitures étaient rassemblées dans le calme aux abords de l'aéroport de Roissy.

Selon une source aéroportuaire, 120 véhicules ont été verbalisés pour «entrave volontaire à la circulation».

Le site d'informations routières Sytadin a prévenu les automobilistes à 6h30 qu'une manifestation était «en cours sur l'A3 vers la province au niveau de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, générant un ralentissement depuis Aulnay-sous-Bois».

A Orly, au sud de Paris, notre reporter a constaté une douzaine de véhicules rassemblés à une station-service de l'aéroport, sans effet sur le trafic. Une quarantaine d'agents de police étaient présents pour les encadrer. 

Aux alentours de 11h, les chauffeurs de VTC ont entrepris une opération escargot sur le périphérique en prenant la direction du siège d'Uber.

A l'appel de huit organisations, plusieurs dizaines de manifestants se sont rendus au siège d'Uber à Paris, afin de faire entendre leurs revendications. De nombreux policiers avaient été placés devant le bâtiment afin d'éviter tout débordement.

«Nous appelons tous les VTC à cesser le travail le matin et à le reprendre l'après-midi, en boycottant Uber», avait expliqué Sayah Baaroun de l'Unsa-VTC. 

Plusieurs organisations ont appelé à reproduire l'opération les jours suivants, jusqu'à ce que la start-up américaine accepte un retour aux tarifs d'avant octobre 2015 : huit euros minimum la course, contre six actuellement, et 20% de commission, au lieu de 25% aujourd'hui.

Après l'échec, le mardi 20 décembre, des discussions avec Uber, le gouvernement a nommé un médiateur, qui a jusqu'au 31 janvier pour mener une négociation sur quatre points : la tarification, les charges, la protection sociale et les conditions de déconnexion des plateformes.

Le secrétaire d’Etat aux Transports Alain Vidalies a appelé toutes les parties à «l'apaisement» et à s'engager «dans un cycle de discussions». «Aucune violence ou aucun blocage sur la voie publique ne sauraient être tolérés», a-t-il rappelé mercredi 21 décembre au soir. La semaine dernière, les premières manifestations avaient été émaillées d'incidents.

Pour faire fléchir Uber, plusieurs organisations de chauffeurs ont aussi appelé les VTC à se déconnecter massivement de la plateforme et à rejoindre d'autres applications.

L'application Marcel, qui garantit une course minimum de 15 euros et une commission de 15%, a indiqué à l'AFP avoir enregistré depuis le début de la semaine un «gros pic de demandes de chauffeurs, dont pas mal qui travaillaient exclusivement avec Uber». 

Allocab dit aussi avoir constaté une forte augmentation du nombre de chauffeurs affiliés, et des téléchargements de son application.

Uber est au centre des critiques du fait de sa position très majoritaire sur le marché des applications mettant en relation VTC et clients. Selon les syndicats, elle a tiré les prix vers le bas obligeant les autres applications à s'aligner.

«Mais si nous détruisons un monstre, ce n'est pas pour en recréer un derrière», fait valoir Sayah Baaroun, qui demande aux autres sociétés des engagements écrits pour améliorer les conditions de travail des chauffeurs.

Refusant de céder sur ses tarifs, Uber a annoncé le 20 décembre la création d'un fonds d'aide de 2 millions d'euros, sans en détailler les modalités, s'attirant les foudres des syndicats : «Un effet d'annonce, une tentative pour nous endormir et parvenir à leurs fins, c'est-à-dire ne rien donner» pour Jean-Claude Resnier de VTC de France.

La plateforme fait également valoir que le récent relèvement de cinq points de sa commission s'était accompagné d'une hausse des tarifs facturés aux clients de 13%, «afin d'améliorer la situation des chauffeurs» qui, selon elle, ont gagné «5% de chiffre d'affaires supplémentaires». 

«Le dialogue est engagé et va se poursuivre tout au long du mois de janvier. Tout blocage serait donc incompréhensible», a commenté la start-up auprès de l'AFP. 

En réponse aux mouvements sociaux déclenchés ces derniers mois par taxis, VTC et Loti (transport collectif à la demande), qui se disputent une même clientèle, la proposition de loi du député socialiste Laurent Grandguillaume a été adoptée définitivement mercredi 21 décembre par le Parlement. 

Dans le sillage de la loi Thévenoud de 2014, elle précise les obligations des plateformes de VTC et leur interdit d'imposer des clauses d'exclusivité aux chauffeurs et prévoit également la mise en place d'un tronc commun d'examen pour les taxis et VTC.

Lire aussi : «Uber = esclavage moderne» : les chauffeurs VTC mobilisés à Paris contre leurs conditions de travail

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales