Charge virulente de Malek Boutih contre la candidature de François Hollande

Charge virulente de Malek Boutih contre la candidature de François Hollande© Joel Saget Source: AFP
Le député de l'Essone, Malek Boutih

François Hollande a essuyé de nouvelles attaques venant de son propre camp. Le député Malek Boutih a encore une fois encouragé Manuel Valls à se présenter à la la primaire de la gauche, que le Parti socialiste (PS) organisera en janvier 2017. 

«Il faut que François Hollande comprenne que l'horizon lui est fermé. Le président est isolé au sein de la gauche, isolé au sein de son propre parti, isolé chez les militants», a expliqué sans langue de bois le député socialiste de l'Essone, Malek Boutih.

Lire aussi : Hollande finalement candidat à la présidentielle ? Le porte-parole du gouvernement pense que oui

Dans une interview accordée au Figaro publiée le 23 novembre, ce proche soutien de Manuel Valls ne mâche pas ses mots à l'encontre du chef de l'Etat. Malek Boutih en est convaincu, le président de la République ne doit surtout pas se représenter : «On ne peut pas laisser François Hollande être candidat, on ne peut pas le laisser s'imposer à la gauche française.»

«Le premier ministre est confronté au défi de la responsabilité face à l'irresponsabilité présidentielle», a souligné Malek Boutih de manière virulente, tout en opérant une distinction entre le chef de l'Etat et le chef du gouvernement. 

Pour le député socialiste, Manuel Valls serait même un candidat d'unité pour la gauche réformiste : «Le premier ministre […] rassemble tous ceux qui ne veulent pas de François Hollande pour 2017. Je suis persuadé que ce courant anti-Hollande est désormais majoritaire à gauche. Je dirais même qu'il est majoritaire au sein du gouvernement : s'il y avait un vote, une majorité de ministres se prononcerait contre une candidature du président sortant.»

L'ouverture d'une enquête par le parquet de Paris sur les révélation de document classés défense a récemment contribué au discrédit croissant du chef de l'Etat. La décision de François Hollande concernant son éventuelle candidature est attendue d'ici au 15 décembre, date de clôture du dépôt des candidatures pour la primaire du PS.

La multiplication des candidatures de politiciens à la fois dans le cadre de la primaire de la gauche (Arnaud Montebourg, Benoit Hamon, Marie-Noëlle Lienemann...) et en dehors (Jean-Luc Mélenchon) ou plus ou moins rattaché au PS (Emmanuel Macron) font craindre un éparpillement «façon puzzle» des forces de gauche pour la présidentielle de l'année prochaine. 

Lire aussi : Investiture des candidats aux législatives : le PS durcit le ton envers les soutiens à Macron

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage