Une photo sordide des victimes du Bataclan réapparaît, provoquant la colère des rescapés

Une photo sordide des victimes du Bataclan réapparaît, provoquant la colère des rescapés© Kacper Pempel Source: Reuters
Des silhouettes d'utilisateurs de smartphones devant le logo de Twitter

Un an après les attentats du 13 novembre, un cliché macabre pris de l'intérieur du Bataclan après l'attaque terroriste a refait surface sur Facebook et Twitter. La photo a suscité de vives réactions des associations de victimes.

Lire aussi : EN CONTINU : Un an après les attentats, Paris rend hommage aux victimes

Un an après les attentats du Bataclan, une utilisatrice de Facebook a posté une photo où l’on découvre les corps ensanglantés des victimes de la tuerie perpétrée par Daesh. Le cliché a ensuite été partagé par plusieurs internautes, sur Facebook comme sur Twitter.

La publication et le partage de cette photo sur les réseaux sociaux a immédiatement provoqué l'écœurement des associations de victimes

«Ce n’est pas notre rôle de nous mêler des idées de cette personne, en revanche on veut limiter la diffusion de cette photo sordide. On n’a pas besoin de ce cliché pour témoigner de l’horreur» a ainsi expliqué Emmanuel Domenach, rescapé et vice-président de l’association 13 novembre : fraternité et vérité à 20minutes .

«Moi je reconnais des victimes sur cette photo, alors imaginez pour les parents», a-il déploré avant d'expliquer : «Innocemment, on a signalé à Facebook et à Twitter en pensait qu’ils allaient supprimer les messages en question.» Mais, selon Facebook cette photo ne viole pas sa politique et Twitter ne daigne répondre à l'association de victimes.

Le bras de fer avec les réseaux sociaux a toutefois été l'occasion pour Emmanuel Domenach de pointer du doigt les contradictions de Facebook, qui censure les photos de poitrines dénudées mais pas celles de cadavres sur son réseau social.  

Le vice-président de l'association de victimes a reconnu que la situation était délicate : «C’est un peu un cercle vicieux. Il y a des gens qui repostent cette photo pour participer à la discussion. C’est très compliqué pour nous parce que chaque fois qu’on dénonce ce genre de dérapage, ça l’alimente. Mais il faut bien qu’on agisse.»

En attendant, Emmanuel Domenach et l'association ont directement interpellé sur Twitter la secrétaire d'Etat chargée de l'aide aux victimes. Cette dernière leur a répondu de manière assez laconique.

La photo avait déjà choqué les internautes en 2015 lors de sa publication initiale sur Twitter. Elle était restée en ligne plusieurs heures avant que l'utilisateur ne soit bloqué. 

Contacté par Le Huffington Post, Emmanuel Domenach a confirmé qu'il s'agissait bien de la même image, déjà censurée immédiatement après les attentats de novembre 2015 qui avaient causé la mort de 130 personnes. 

Lire aussi : De Charlie Hebdo au Bataclan : les autorités des erreurs et de la honte

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales