L'émission de Morandini sur iTELE désertée par les sponsors publicitaires

Source: AFP

De nombreux annonceurs ont demandé à iTELE de ne plus diffuser leurs publicités pendant l'émission du présentateur mis en examen pour corruption de mineurs aggravée. Un nouveau coup dur, alors que la grève des journalistes se poursuit.

De nombreux annonceurs ont contacté Canal+, iTELE ou les agences responsables de leur communication afin de demander à ne plus voir leurs spots publicitaires diffusés pendant le créneau horaire du Morandini Live, annonce Le Figaro. Après la reconduction votée ce mercredi 19 octobre de la grève des journalistes entamée lundi dernier, la polémique enfle autour de l'arrivée de Jean-Marc Morandini dans les équipes de la chaîne d'information et semble s'étendre de la rédaction aux investisseurs.

Ces désistements en chaîne font suite à un Tweet de l'association Protection de l'Enfance, après la deuxième diffusion du Morandini Live hier soir entre 18 et 19 h. Répertoriant l'intégralité des différentes marques qui «sponsorisent Morandini Live», l'association formulait une interrogation en forme de condamnation : «Pourquoi soutenir un scandale sexuel et une mise en examen dans des faits si graves?»

Plusieurs téléspectateurs ont entendu l'appel lancé par Protection de l'enfance et ont relayé le message, partageant au passage leur indignation sur Twitter en interpellant certaines des marques concernées, parmi lesquelles PSA Peugeot Citroën, Engie, BMW ou encore Axa.

Craignant les retombées négatives que pourrait causer l'association de leur image à l'émission du présentateur mis en examen pour corruption de mineurs aggravée, plusieurs marques auraient expressément demandé que leurs annonces soient diffusées sur un autre créneau horaire.

Une mobilisation de l'opinion qui semble avoir porté ses fruits

Le risque de mauvaise publicité n'a pas été pris à la légère par les différents annonceurs mis en cause. C'est la marque de jus de fruit Innocent qui a réagi la première mardi soir sur Twitter, affirmant qu'elle n'était «pas au courant de ce passage», et assurant avoir fait en sorte que «ça n'arrive plus».

D'autres marques ont emboîté le pas. Ainsi, une porte-parole d'Axa a déclaré au Figaro : «Nous avons découvert que nous étions présents dans ce créneau horaire. Nous avons tout de suite appelé notre agence et la régie de Canal+ pour ne plus être associé de quelque manière que ce soit à cette émission.»

Face à cette défiance des annonceurs vis à vis de l'émission de Morandini, l'agence Havas Media, l'un des leaders sur le marché publicitaire, responsable entre autres de l’achat d'espace pour PSA Peugeot Citroën, annonce avoir pris des mesures. Selon Le Figaro, elle préviendra systématiquement ses clients afin de savoir s'il souhaitent ou non que leurs publicités soient diffusées pendant le Morandini Live.

L'association Protection de l'enfance s'est félicitée ce mercredi après-midi de ce succès, ainsi que de la réaction des annonceurs. Constatant que «la morale [était] en passe de gagner», elle a invité les téléspectateurs à poursuivre leur mobilisation jusqu'au désistement total des sponsors publicitaires.

Alors que la grève des journalistes de la chaîne se poursuit, cet épisode pourrait avoir de lourdes conséquences sur l'avenir de Jean-Marc Morandini sur iTELE. Son émission, après une audience conséquente pour sa première lundi 17 octobre, était déjà en perte de vitesse mardi soir, n'attirant que 57 000 téléspectateurs, soit moitié moins que la veille.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales