Envoyé Spécial sur l'affaire Bygmalion : l'équipe de Sarkozy aurait fait pression sur France 2

Envoyé Spécial sur l'affaire Bygmalion : l'équipe de Sarkozy aurait fait pression sur France 2
Nicolas Sarkozy en campagne en 2012. Capture d'écran Envoyé spécial/France 2

Ce 29 septembre, Envoyé Spécial tentait à son tour de dénouer les fils de l'affaire des comptes de campagne du candidat Sarkozy en 2012. Dans une interview à La libre, le journaliste chargé de l'enquête dénonce un tournage difficile et des pressions.

La libre, quotidien belge francophone, a interrogé Tristan Waleckx, le journaliste qui a mené l'enquête pour l'émission de France 2, Envoyé Spécial, une enquête consacrée à l'affaire Bygmalion. Dans l'interview, le journaliste déplore que son travail n'a pas été facilité, pour le moins, par l'équipe de Nicolas Sarkozy. «Je sais qu'il y a des gens qui sont apparus dans le sujet sur qui l'entourage a fait pression», raconte ainsi Tristan Waleckx.

Et de rapporter le cas précis du compositeur Laurent Ferlet, un proche de Carla Bruni, épouse du président, et chanteuse à ses heures. Ce dernier se serait ainsi fait «engueuler» par l'attachée de presse de Nicolas Sarkozy, Véronique Waché, pour avoir répondu aux questions du journaliste. «Elle a été assez dure avec moi», se rappelle Tristan Waleckx, au sujet de l'attachée de presse, «à la limite de l'insulte».

Toujours selon le journaliste, cette même Véronique Waché aurait déployé de gros efforts pour contrecarrer l'enquête journalistique, allant jusqu'à appeler la direction d'Envoyé Spécial. Elle n'a pas hésité non plus à attendre de pied ferme le journaliste qui se rendait en tournage avec, en main, l'un de ses e-mails de demande d'interview, que lui avait remis complaisamment l'un des sous-traitants de Bygmalion. Aussi, les portes se ferment devant le journaliste et les protagonistes tiennent le même discours prudent.

«Le vrai regret de mon reportage, c'est qu'on a un mur de dénégations qui n'est pas crédible. On n'a l'impression que personne n'a rien décidé de rien du tout», déplore le journaliste belge.

Lire aussi : Squarcini, Buisson : le réseau de Nicolas Sarkozy sous le feu des projecteurs

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»