Terrorisme : arrestation de deux jeunes Niçoises soupçonnées de vouloir commettre un attentat

© PHILIPPE HUGUEN Source: AFP

Deux adolescentes de 17 et 19 ans ont été écrouées à l'issue d'une enquête ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris. Sous l'influence de Rachid Kassim, un djihadiste français de Daesh, elles auraient souhaité commettre un attentat.

Nouvelle arrestation dans le cadre de la lutte contre la menace djihadiste en France : dimanche 25 septembre, l'AFP a confirmé l'information du journal Le Parisien, selon laquelle la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI) avait récemment interpellé puis placé en détention provisoire deux jeunes Niçoises radicalisées. 

L'arrestation des deux jeunes femmes, âgées de 17 et 19 ans, se base sur une enquête ouverte le 9 septembre par la section antiterroriste du parquet de Paris. Celle-ci a notamment permis d'établir que les deux adolescentes étaient en contact avec le djihadiste français Rachid Kassim, membre du groupe terroriste Etat islamique se trouvant en Irak ou en Syrie, qui appelle à l'organisation d'attentats en France via la messagerie cryptée Telegram.

D'après une source proche de l'enquête citée par l'AFP, les deux islamistes niçoises ont reconnu à la DGSI avoir envisagé une «action violente», à l'instigation de Rachid Kassim, avant d'y renoncer. En outre, aucune arme n'a été retrouvée par les enquêteurs à leur domicile de Nice.

L'adolescente de 17 ans, inconnue des services de renseignement, a avoué en garde à vue «en vouloir beaucoup aux militaires» français. Sa comparse, de deux ans son aînée, avait quant à elle été repérée par les autorités pour avoir envisagé de rejoindre les terres du djihad lorsqu'elle avait 17 ans.

Cette double interpellation s'inscrit dans une série d'arrestations de jeunes individus projetant de réaliser des attentats en France. Mercredi 21 septembre, notamment, le parquet de Paris avait fait savoir que deux hommes soupçonnés de liens avec Rachid Kassim avaient été mis en examen et écroués. Quelques jours plus tôt, le 16 septembre, un jeune homme de 20 ans qui souhaitait «mourir en martyr» avait été arrêté à Besançon.

Lire aussi : Fausse alerte à Paris : deux adolescents mis en examen et placés dans un foyer éducatif

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales