Le Premier ministre slovaque dénonce une UE qui est «tombée amoureuse d'elle-même»

Le Premier ministre britannique Theresa May et son homologue slovaque Robert Fico.© SAMUEL KUBANI Source: AFP
Le Premier ministre britannique Theresa May et son homologue slovaque Robert Fico.

La Slovaquie, qui assure actuellement la présidence du Conseil de l'UE, entend profiter de la crise des institutions européennes provoquée par le Brexit pour donner un nouveau visage à l'Europe.

«Je l'ai toujours dit : l'Union Européenne (UE) semble être tombée amoureuse d'elle-même», a déploré Robert Fico, Premier ministre slovaque, lors d'une conférence de presse portant sur la mise en place du Brexit qu'il a donnée conjointement avec son homologue britannique Teresa May. Un jugement sévère sur le projet européen qui traverse une crise profonde depuis de longs mois.

«Nous voulions être les meilleurs au monde [en matière d'intégration régionale]. Mais il semble que de nombreuses régions dans le monde nous dépassent largement», a poursuivi le chef de l'exécutif slovaque, qui s'exprimait au nom des 27. Depuis le 1er juillet, la Slovaquie a en effet pris les rênes de la présidence tournante du Conseil de l'UE, soit le Conseil des ministres des Etats membres.

Lire aussi : Slovaquie : un inconnu s'est introduit dans le palais présidentiel

Le dirigeant slovaque entend mettre à profit cette responsabilité, qu'il exercera jusqu'en décembre, afin de donner un nouveau souffle à une UE devenue plus impopulaire que jamais. Les chefs d'Etat et de gouvernement européens, selon lui, doivent réagir au vote des Britanniques en donnant à leur opinion publique une nouvelle image des institutions européennes. A défaut, le continent ira au-devant de «fragmentations» et «déstabilisations».

En d'autres termes, Robert Fico s'est fait l'écho de nombreux responsables et hommes politiques européens, qui ont appelé à une réforme de l'UE qui permettrait de redorer son image. Quelques jours après le vote sur le Brexit, François Hollande, Angela Merkel et Matteo Renzi avaient ainsi annoncé vouloir donner une «nouvelle impulsion» au projet européen, sans pour autant donner de précisions sur ce que cela impliquerait.

Lire aussi : Brexit : Hollande accepte finalement de laisser le temps à May de «préparer» la négociation

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales