Nice : la police municipale furieuse contre le gouvernement

La police municipale niçoise est en colère après le gouvernement, elle se plaint de ne pas être assez considérée Source: Reuters
La police municipale niçoise est en colère après le gouvernement, elle se plaint de ne pas être assez considérée

Des syndicats de policiers municipaux et de la fonction publique territoriale ont adressé une lettre aux autorités pour se plaindre du traitement des agents. Les ministres de l'Intérieur et de la Défense les auraient snobés.

Une offense. Voici comment la police municipale niçoise a perçu le fait  de n'avoir pas été citée par les ministres de l'Intérieur et de la Défense lors d'une conférence de presse organisée après l'attentat du 14 juillet. Les syndicats représentant les agents des villes ont adressé le 20 juillet une lettre ouverte au Premier ministre, Manuel Valls.

«Une fois de trop, au cours de la conférence de presse que le ministre de l'Intérieur et le ministre de la Défense ont tenue le 16 juillet 2016 à 19 heures, la police municipale n'a pas été citée alors que le soir de la fête nationale, comme lors de toutes les manifestations de ce type, elle était en première ligne», pouvait-on lire dans le courrier.

Les mots choisis laissent deviner un ressentiment prononcé. Les policiers municipaux ne se sentent pas assez considérés : «C'est ensemble que les policiers municipaux et les policiers nationaux ont procédé à la neutralisation du terroriste en sauvant des centaines de vies humaines [...] c'est grâce à la réactivité et à l'action de la police municipale de Nice que le terroriste a pu être neutralisé en moins d'une minute.»

En savoir plusNice : après le carnage, place à la colère

Requête pour plus de moyens

Le coup de gueule est aussi l’occasion de demander aux autorités plus de moyens. Notamment au niveau de l’équipement. Les forces de l’ordre municipales veulent le même armement que leurs collègues de la police nationale. Ils réclament notamment de pouvoir porter leurs armes en dehors du service, comme c’est le cas pour plusieurs forces de police.

Les syndicats ont profité de leur lettre pour adresser une liste d’exigences aux autorités : «En ce qui concerne la légitime défense, pourquoi votre gouvernement ne l’a-t-il pas étendue à la police municipale ? [...] Pourquoi n'ont-ils toujours pas la possibilité d’effectuer des contrôles d’identité ? [...] Pourquoi n'ont-ils toujours pas accès aux fichiers des immatriculations et des permis ?»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales