Quand les Republicains surfent sur le malaise vis-a-vis des investissements moyen-orientaux

Laurent Wauquiez.© PHILIPPE DESMAZES Source: AFP
Laurent Wauquiez.

Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, s'est opposé à une candidature turque au rachat de l'aéroport de Lyon, dix jours après une décision similaire du président de la région PACA, Christian Estrosi.

Empêcher les infrastructures publiques française de passer en mains étrangères est-il en passe de devenir une tendance politique chez les Républicains ? En l'espace de deux semaines, deux des figures du parti Les Républicains (LR), Christian Estrosi et Laurent Wauquiez, ont manifesté haut et fort leur volonté de faire barrage à la candidature au rachat d'un aéroport français par un groupe turc.

Alors que l'Etat français met en vente les parts majoritaires qu'il détient dans les aéroports de Lyon et de Nice, différents médias ont fait savoir que le géant turc Limak était prêt à proposer une offre de rachat particulièrement élevée pour chacune des deux infrastructures. Le président de la région PACA, Christian Estrosi, puis son homologue de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, sont tous deux montés au créneau contre les ambitions de Limak, invoquant des motifs essentiellement politiques tels que la souveraineté nationale et le rôle stratégique des aéroports.

Le 24 juin, Christian Estrosi a ainsi déclaré à Nice Matin qu'il souhaitait que l'aéroport de Nice «demeure plus niçois que turc, saoudien ou qatari», ajoutant qu'il serait «inadmissible de permettre à une puissance étrangère de s'emparer d'un tel outil stratégique de la Côte d'Azur».

Similairement, Laurent Wauquiez a affirmé dans les colonnes de l'édition du 4 juillet du quotidien régional Le Progrès, qu'il n'était «pas question de céder [l'aéroport de Lyon] Saint-Exupéry à un groupe étranger [et] notamment turc», l'infrastructure constituant «un outil de souveraineté» française. Dans sa déclaration, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes entend mettre en garde le gouvernement contre le «raisonnement simpliste qui consisterait à brader les bijoux de famille» au plus offrant. 

Surfer sur le malaise vis-à-vis des investissements étrangers et le sentiment anti-Turquie

Les prises de parole de Laurent Wauquiez et de Christian Estrosi s'inscrivent, au moins dans deux tendances actuelles qui traversent la société française. La première est le malaise provoqué par les nombreux rachats d'infrastructures publiques et de «joyaux» français par des groupes ou fonds d'investissement étrangers – et en particulier moyen-orientaux – au cours des dernières années. Les acquisitions de la maison de couture Balmain et du club de football du Paris-Saint-Germain par des fonds d'investissement publics et privés qataris, notamment, avaient fait couler beaucoup d'encre. 

En outre, l'identité turque du groupe Limak a sans doute joué un rôle dans les réactions des deux présidents de région LR : le rejet de la candidature de la Turquie à l'Union européenne (UE), thème populaire chez l'électorat de droite, est régulièrement mis en avant par les responsables des Républicains. Ainsi, le 28 juin, Laurent Wauquiez avait déclaré que «la Turquie ne rentrer[ait] jamais» dans l'UE, tandis que président de son parti, Nicolas Sarkozy, avait affirmé deux jours plus tôt que «la Turquie n’a[vait] pas vocation à intégrer l’Europe ».

Ces discours protecteurs de la part des responsables de droite surviennent à quelques mois des primaires républicaines qui auront lieu en novembre prochain et à un peu moins d'un an de l'élection présidentielle, qui aura lieu au printemps 2017.

A lire aussi : L'aéroport de Nice, porte d'entrée des djihadistes en France, selon Christian Estrosi

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales