Petits oublis de l'exécutif : l'appli attentat, la sécurité pour les seuls détenteurs de smartphones

Capture du site gouvernement.fr © Gouvernement
Capture du site gouvernement.fr

Luc Belot, député socialiste et rapporteur du projet de loi Numérique à l'Assemblée nationale, a interpellé le gouvernement à propos des lacunes du dispositif mis en place pour prévenir les citoyens en cas d'attaque terroriste.

«Quand on ne s'adresse qu'à des possesseurs de smartphone […] iOS et Android [ainsi qu'à ceux] qui ont installé l'application, on écarte une partie de la population», a déclaré le député du Maine-et-Loire au site internet NEXT INpact. «On pourrait envoyer un message d’alerte à toutes les personnes qui ont un téléphone portable dans une zone. Ça me paraîtrait tellement plus pertinent, tellement plus simple...», a-t-il poursuivi.

Comme solutions techniques possibles, qui éviteraient notamment d'avoir la géolocalisation activée en permanence, Luc Belot proposait déjà lors de débats concernant le projet de loi de réforme pénale de demander «aux opérateurs d'envoyer un message d’alerte à tous les téléphones qui se trouvent autour d’une antenne» ou encore d'utiliser des systèmes de triangulation permettant d'avoir «une géolocalisation extrêmement précise». Mais la rapporteur ainsi que le ministre de l'Intérieur avaient refusé ces demandes.

Le député a donc posé une question écrite, mardi 14 juin, après avoir déjà envoyé à Bernard Cazeneuve un courrier resté lettre morte, afin d'en savoir plus sur le refus de sa proposition. Si certains ont évoqué un risque de saturation des réseaux, Luc Belot balaye cet argument en affirmant que «les opérateurs [lui ont] certifié que ça ne pose aucun problème», idem pour le coût de la mise en place de la mesure qui «ne représente rien».

Dans tous les cas, l'application de ces mesures reste une priorité pour le député : «Ne perdons pas de temps : faisons-le tout de suite !» conclut-il.

Lire aussi : «Les fan zones de L'Euro 2016 c'est le Bataclan puissance 10», dit une source de sécurité française

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales