«Au bûcher !» : un portrait de François Hollande brûlé lors d’une manifestation à Albi

Les albigeois ont fait un feu de joie avec l'effigie du président de la République © Twitter Sylvain Duchampt
Les albigeois ont fait un feu de joie avec l'effigie du président de la République

La colère des manifestants albigeois contre la loi travail s'est exprimée par l'incendie d'effigies du président François Hollande, des ministres Emmanuel Macron et Manuel Valls, ainsi que du président du MEDEF Pierre Gattaz.

La mobilisation contre la loi portée par la ministre du Travail, Myriam El Khomri, ne faiblit pas. Elle a même pris une tournure moyenâgeuse dans la ville d’Albi.

La démarche des manifestants, qui faisait référence à l’hommage rendu à Jeanne d’Arc le 8 mai dernier par le ministre de l’Economie, pourrait être considérée comme ayant un caractère délictuel si le président de la République décidait d'en poursuivre les auteurs pour outrage, selon un juriste cité par France 3 Midi-Pyrénées.

Lire aussi : Des milliers de Français battent à nouveau le pavé contre la loi travail

Ce geste a embrasé les réseaux sociaux, et notamment Twitter, où de nombreux internautes ont salué l'initiative des manifestants qui avaient précédemment investi les locaux du Conseil départemental du Tarn. L'utilisation du 49.3, promue par Manuel Valls pour faire passer le texte de la loi travail à l'Assemblée, n'a effectivement pas fait retomber l'ardeur de la contestation contre ce projet de loi, qui continue de mobiliser une multitude d'acteurs sociaux français.

Au moins 128 000 personnes ont manifesté hier dans toute la France selon le décompte des autorités. Ils étaient 13 000 à 14 000 à Paris. De son côté, la CGT a recensé près de 400 000 participants, dont 100 000 dans les rues de la capitale. Cette journée de mobilisation a entraîné 171 défilés et rassemblements, ainsi que 73 barrages routiers, selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur Pierre-Henry Brandet.

Lire aussi : Voiture de police incendiée à Paris : cinq «antifas» placés en garde à vue

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales