Nuit debout : cinq minutes de temps de parole pour Varoufakis

- Avec AFP

Yanis Varoufakis© Fabrizio Bensch Source: Reuters
Yanis Varoufakis

L'ancien ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, est venu apporter son soutien aux participants de la Nuit Debout, à Paris, obtenant comme chaque volontaire le droit de s'exprimer quelques minutes devant la foule, rapporte l'AFP.

Jean bleu et blouson de cuir noir, l'ex-ministre vedette du premier gouvernement grec de gauche radicale d'Alexis Tsipras a attendu avec les milliers de participants que l'assemblée générale vote pour lui accorder le droit de s'exprimer cinq minutes depuis le podium.

«Je vous apporte la solidarité d'Athènes», a-t-il lancé sous les regards curieux et goguenards des militants de Nuit Debout. «Ils nous disent que nous occupons les places, mais ce sont eux qui essaient de privatiser ce qui appartient à tous».

«Il y a un an, quand j'étais ministre des Finances, mon bureau donnait sur la place Syntagma», où convergent les manifestations à Athènes, a-t-il relaté, se remémorant la visite de l'ambassadeur américain venu tenter de le convaincre d'accepter les conditions de la «troïka» (FMI, UE, BCE) des créanciers internationaux de la Grèce.

«Ma réponse a été : ma place naturelle n'est pas dans ce bureau, elle sur la place à manifester contre ce ministère», a martelé Yanis Varoufakis, tout en appelant les militants à ne pas céder aux compromissions.

Evoquant le projet de loi travail, l'ancien ministre a accusé le président François Hollande de «dévaloriser le travail». «Président Hollande, cela ne peut pas marcher, cela ne peut qu'approfondir la crise», s'est-il exclamé.

En savoir plus : L'ex-ministre grec Yanis Varoufakis annonce sa venue à Nuit Debout

La semaine passée, un député européen de Podemos, Miguel Urban Crespo, était lui aussi venu soutenir les militants de la place de la République.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales