Hollande : il serait normal de rembourser la Russie en cas de non livraison des Mistral

Capture d'écran
Capture d'écran

Le président de la République française a évoqué la situation des Mistral à l’issue de sa rencontre avec son homologue ukrainien Petr Porochenko à Paris.

«Si les bateaux ne sont pas livrés, je ne vois pas comment ils peuvent être payés», a estimé François Hollande, en faisant comprendre que la France envisageait éventuellement de rembourser la Russie alors que leur livraison n’est toujours pas d’actualité.

«Tout ce que je peux dire à propos des Mistral, c’est que dans ces conditions, leur livraison n’est toujours pas possible», a précisé le chef de l’Etat français, en ajoutant qu’il avait l’intention d’aborder cette question avec le président russe Vladimir Poutine qu’il rencontrera en Arménie le 24 avril à l’occasion du centenaire du génocide du peuple arménien.

François Hollande a fait ces déclarations lors d’un point de presse conjoint avec Petro Porochenko qui est arrivé à Paris mardi pour une visite officielle. Les deux dirigeants ont réaffirmé leur volonté de collaborer et ont évoqué les perspectives de leur coopération dans plusieurs domaines, y compris l’assistance militaire et humanitaire. Il ne s’agit pourtant pas de livraisons d’armes létales, ont tenu à préciser les deux présidents.

«Je tiens à souligner que pour le moment l’Ukraine n’a pas formulé de demande à la France pour la livraison d’armes létales et elle n’en a pas l’intention», a déclaré Petro Porochenko.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales