La pétition contre la loi El Khomri dépasse les 200 000 signatures en quatre jours

La ministre du travail Myriam El Khomri porte le projet de loi Source: AFP
La ministre du travail Myriam El Khomri porte le projet de loi

Une pétition en ligne contre le projet de loi El Khomri sur la réforme du droit du travail, lancée vendredi à l'appel de militants associatifs et de syndicalistes, affichait lundi 22 février plus de 200 000 signatures de soutien.

Intitulé «loi Travail: non merci !», cette pétition a été lancée en ligne contre le projet de loi El Khomri sur la réforme du droit du travail qui focalise actuellement les critiques de la classe politique de gauche comme de droite. Dernière sortie en date, Jean-Luc Mélenchon, ce lundi 22 février 2016, qui a qualifié le gouvernement «d'esclavagiste» sur les ondes de France Info.

Le document recense les commentaires à propos des différentes mesures du projet de loi qui doit être présenté en conseil des ministres le 9 mars. Ses signataires entendent ainsi «interpeller le président de la République, le Premier ministre ou la ministre du Travail sur les réseaux sociaux».

Des militants associatifs et des syndicalistes

Des militants associatifs, dont la féministe Caroline de Haas, et des syndicalistes (CGT, CFE-CGC, Unsa, Jeunesse ouvrière chrétienne...), en sont à l'origine. «Le projet de réforme de droit du travail présenté par Myriam El Khomri propose de revenir des années en arrière. Mobilisons-nous !», écrivent-ils sur la page d'accueil du site.

Le projet de loi, transmis la semaine dernière au Conseil d'État, prévoit notamment la primauté des accords d'entreprise en matière de temps de travail, la possibilité de référendums pour valider des accords minoritaires, une «sécurisation» juridique du licenciement économique pour les entreprises, des indemnités prud'homales plafonnées et un recours facilité au forfait-jour dans les petites entreprises.

Lire aussi : Projet de loi El Khomri : Scénario catastrophe pour les acquis sociaux de ces cent dernières années

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales