Calais : les hommes écroués pour violences sur des migrants dénoncent leurs interpellations musclées

Calais : les hommes écroués pour violences sur des migrants dénoncent leurs interpellations musclées© AFP Source: AFP
image illustration

La semaine dernière sept individus ont été arrêtés par la police judiciaire, mis en examen et écroués pour violences en réunion sur des migrants à Loon-Plage. Leur collectif de soutien accuse la police de violences.

La page Facebook «Calais idéoscope» apporte son soutien aux sept hommes interpellés par la police pour des faits de violences à Loon-Plage. L’administrateur de la page explique, dans un texte intitulé «les 7 martyres de la résistance calaisienne» que les policiers ont été violents lors des interpellations : «C’est au sol et menottés que ces calaisiens seront roués de coups sous les insultes de «FACHOS» «ENCULES» «NAZIS» etc…».

Photos à l’appui le texte décrit également les blessures des interpellés : «En revanche, les prétendus agresseurs présentent de volumineux hématomes sur le corps, les jambes, le crâne, le visage, le nez et les yeux pour certains, un tympan probablement explosé pour un autre qui souffre de ce fait de surdité partielle et d’acouphène, fractures des côtes pour deux autres suite aux violents coups de pieds reçus alors qu’ils se trouvaient au sol.»

Calais : les hommes écroués pour violences sur des migrants dénoncent leurs interpellations musclées© capture d'écran Page Calais Ideoscope

Le quotidien La Voix du Nord affirme qu' «une source proche du dossier confirme que l’interpellation des sept individus a été musclée». Selon cette source citée par le journal l'interpellation «s’est déroulée un peu avant 1h du matin, au milieu de nulle part, avec huit policiers pour sept personnes interpellées, venues pour attaquer des migrants et potentiellement armées. Les individus ne se sont pas laissé interpeller et il a fallu montrer un peu de fermeté. On ne peut pas prétendre pour autant qu’ils ont été roués de coups. D’ailleurs, tous ont été vus par des médecins qui ont jugé leur état compatible avec leur garde à vue».

Le journal explique également que la diffusion des photos est très certainement une «stratégie de défense» des avocats «face à des individus plutôt indéfendables». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»