Dunkerque : sept interpellations après l'agression de migrants

Les manifestants anti-migrants le 6 février à Calais Source: Reuters
Les manifestants anti-migrants le 6 février à Calais

Sept hommes ont été interpellés en flagrant délit à Loon-plage dans le Nord, près de Dunkerque, pour avoir agressé dans la nuit de mercredi à jeudi 11 février quatre migrants, des Kurdes irakiens.

Ces sept hommes, âgés de 24 à 44 ans et pour certains originaires du Pas-de-Calais, sont en cours d'audition, a indiqué le procureur de Dunkerque Eric Fouard, confirmant une information de RTL.

Ces individus se seraient livrés à «de véritables ratonnades» rapporte une source judiciaire. Ils sont suspectés de faits similaires dans la banlieue de Calais et ses environs. En plus des violences physiques à «coup de barre de fer», les suspects auraient également dépouillés leurs victimes.

Depuis plusieurs mois, des migrants sont victimes d'agressions à Calais et dans ses environs. Une information judiciaire a ainsi été ouverte le 4 février pour l'agression avec arme de trois Syriens dans la nuit du 20 au 21 janvier à Calais, où se trouve la «Jungle». D'autres enquêtes avaient été ouvertes pour plusieurs faits similaires, selon le parquet de Boulogne-sur-mer.

Près de 3 700 personnes dans la «Jungle»

Selon Isabelle Bruand, coordinatrice régionale de Médecins du monde (MDM), il y a une «recrudescence» des agressions sur des migrants depuis le début de l'année. «Ce sont des dizaines de personnes qui ont été tabassées à Calais avec notamment des barres de fer, occasionnant plusieurs fractures».

La préfecture du Pas-de-Calais avait fait état, le 5 février, d'une baisse du nombre de migrants dans la «jungle» de Calais, à 3 700, près de 4 000 début janvier. D'après la préfecture du Pas-de-Calais, 2 800 dorment encore dehors dans la «jungle» et 900 dans les conteneurs et dans le centre d'accueil de jour, réservé aux femmes et aux enfants. Au mois d'octobre, ils étaient 6000.  

Lire aussi : Général Piquemal : «C’est pas moi qui ai organisé la manifestation» (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales