EN CONTINU : les renforts de chauffeurs venus de Nice et Bordeaux arrivent à Paris (PHOTOS, VIDEOS)

La grève des taxis© RT France
La grève des taxis

Quelques centaines de chauffeurs de taxis se sont rassemblés Porte Maillot, à Paris, pour manifester contre la concurrence des voitures de tourisme avec chauffeur (VTC). Les journalistes de RT France mènent un live-update sur place.

  • C'est plutôt calme, mais la grève se poursuit. Les taxistes ne quittent pas Porte Maillot

  • La société Uber France a été condamnée mercredi à verser 1,2 million d'euros à l'Union nationale des taxis au titre d'une liquidation d'astreinte imposée par un précédent jugement, selon une décision du tribunal de grande instance de Paris obtenu par l'AFP.

    Cette décision, publiée en pleine mobilisation des taxis contre les "dérives" du secteur des véhicules de transport avec chauffeur (VTC) dont Uber est l'un des principaux acteurs, est liée à la communication de la société vis-à-vis de ses chauffeurs, qui selon l'UNT entretenait une "ambiguïté" quant à la possibilité de stationner sur la voie publique en attente d'un client sans réservation préalable ("maraudage").

  • Les chauffeurs ont entamé un vrai concert de klaxons lors de la grève et en attendant le retour de leur syndicat. De plus, il se sont mis à tirer des pétards en signe de mécontentement.

  • Selon notre journaliste sur place, beaucoup de chauffeurs ont passé la nuit dans leur voiture pour reprendre la grève mercredi.

  • Le président des taxis niçois, Patrice Trapani, a déclaré qu’une quarantaine de chauffeurs étaient déjà arrivés à Paris «pour sensibiliser la clientèle à la lutte des taxis».

    «Quand on a vu que le mouvement de grève s'était durci à Paris, on est partis direction la capitale», a-t-il précisé.

  • La mobilisation des taxis contre les dérives des voitures de transport avec chauffeur (VTC) se poursuive en dépit de la nomination d'un médiateur par Matignon.

    Des chauffeurs de taxi ont passé la nuit dans leur voitures à Porte Maillot et dans le secteur de Bercy.

    «On est déterminés. On ne bougera pas», a déclaré Ibrahima Sylla, de l'association Taxis de France.

    D'après le Twitter, des centaines de chauffeurs de taxis de Bordeaux et Nice viennent à Paris pour rejoindre la manifestation. 

  • Des commerçants qui travaillent à proximité de la Porte Maillot disent que la grève a fait du tort à leur activité.

    Quelques-uns profitent de la situation. Des vendeurs de sandwiches continuent de vendre boissons et sandwiches aux manifestants.

  • Avec l’arrivée de la nuit, la cacophonie de klaxons remplace les discours.

  • Les manifestants utilisent des mots et des slogans marquants. «Vivre ou mourir», peut-on par exemple lire sur une pancarte.

    Certains d’entre eux disent se sentir «trahis».

  • Certains manifestants parviennent toutefois à glisser une touche d’humour dans cette situation de crise.

Le syndicat Taxis de France a appelé les chauffeurs de taxis à se rassembler près des aéroports de Roissy et d’Orly dès 6 heures le 26 janvier pour se rendre ensuite à la Porte Maillot, puis au ministère de l’Economie et des Finances.

«Il est clair que les taxis n'en peuvent plus de cette concurrence sauvage» des VTC, a déclaré le secrétaire général de FO-UNCP Taxi, Nordine Dahmane.

«Le marché du transport de personnes n'est pas extensible et ne peut pas embaucher tout le monde sous prétexte qu'il y a trois millions de chômeurs. Il faut que le gouvernement reprenne les choses en main», a-t-il ajouté.

Une manifestation semblable avait déjà eu lieu le 25 juin quand les chauffeurs de taxis s'étaient mobilisés contre le service UberPop. On avait vu des scènes de violence et deux VTC avaient été incendiés. 

Lire aussi : Des chauffeurs Uber en colère contre la baisse des prix rassemblés Porte Maillot

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales