Jesuisfrançais.net ou «comment tirer profit des attentats de Paris»

La page d'accueil du site Jesuisfrancais.net© Capture d'écran.
La page d'accueil du site Jesuisfrancais.net

L’administrateur du site Jesuisfrançais.net, un site créé au lendemain des attaques du 13 novembre, empoche aujourd’hui 8 000 euros de recettes publicitaires par mois après avoir profité du buzz autour des attentats.

5151ème site français au classement Alexa, 128 000 abonnés sur Twitter, 736 000 fans Facebook pour un compte créé le 14 novembre dernier… Le succès de ce site internet prénommé solenellement JesuisFrancais.net est incontestable.

Créé par un internaute possédant déjà des sites spécialisés dans la publications d’articles destinés à générer un fort trafic et des recettes publicitaires (clickbait), ce qui devait être à l'origine un site d'hommage aux victimes des attentats de Paris surfe aujourd'hui sur la vague du divertissement et du plagiat pour renflouer ses caisses.

Deux mois après les attaques qui ont fait 130 morts et 352 blessés dans la capitale, le contenu du site sur lequel sont redirigés les internautes qui visitent les comptes Twitter et Facebook d'origine intitulés «Je suis paris», n'a plus rien à voir avec quelconque hommage.

Lire aussi : LONG FORMAT : 2015 en France, deux attentats et tout change... ou presque

Pubs à tout va et articles sans intérêt

«La taille du pénis par pays», «Comment ouvrir 5 bières en 1 secondes» ou encore «Bientôt les hommes pourront tomber enceintes», voici les articles que l'on trouve entre autres sur le site Jesuisfrancais.net.

Sans complexe aucun, son créateur déclare générer 8 000 euros par mois. Mais attention (!), la visée du site «n'est pas que financière», assure-t-il, interrogé par FranceTVinfo. Les internautes ne sont pas dûpes pour autant.

 

Le jeune homme dit avoir «volontairement divisé les articles en plusieurs pages pour générer davantage de clics», mais tout en ayant «une vision responsable de la présence de publicité sur son site». 

Aux accusations d'opportunisme, le jeune entrepreneur du Web a une explication toute prête : ces pages, initialement crées en hommage aux victimes des attentats, soit il les «gardait actives, soit elles mourraient» et «au bout de quatre semaines, je me suis dit que je ne pouvais pas tenir avec seulement des drapeaux tricolores et des hommages aux victimes du Bataclan. Du coup, je me suis dit que j'allais mettre des proverbes, des vidéos, pour que cela reste ludique», explique-t-il à FranceTVinfo

Copié-Collé d'autres sites de divertissement

Pour augmenter plus rapidement le contenu de Jesuisfrancais.net, le jeune entrepreneur n'y va pas par quatre chemins. De nombreux articles présents sur le site sont de bon vieux copié-collés de sites tels que Metro, PauseCafeIn ou encore RougeFranboise.

Interrogé à ce sujet par les journalistes de FranceTVinfo l'ayant contacté, le jeune homme semblait ignorer l'article L335 du code de la propriété intellectuelle qui punit les délits de contrefaçon de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende. 

On notera tout de même qu'un mois après les attentats, il a fini par changer le texte de présentation des pages Facebook et Twitter de «Je suis paris», passant de «En hommage aux victimes» à «le profil Twitter de tous les Français». Ouf !

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales