François Hollande battu en brèche après sa visite surprise à la Grande mosquée de Paris

La Grande mosquée de Paris faisait portes-ouvertes ce week-end© Charles Platiau Source: Reuters
La Grande mosquée de Paris faisait portes-ouvertes ce week-end

En marge de l’hommage rendu par la France aux victimes des attentats de janvier et de novembre, le président a fait un détour par la Grande mosquée, initiative qui a été qualifiée sur le net de clientéliste ou encore d’atteinte à la laïcité.

L’Elysée a indiqué que François Hollande avait «eu un moment d’échange, de convivialité et de fraternité autour d’un thé» dans le lieu de culte musulman de la capitale.

Cette journée de commémoration coïncidait en effet avec un week-end portes-ouvertes décrété dans de nombreuses mosquées françaises. Présentée comme un «thé de la fraternité», l’initiative visait à apaiser les tensions communautaires suite aux attentats de novembre.

Lire aussi : Hommage aux victimes des attaques terroristes sur la place de la République

Sur place, le président a été accueilli par le recteur, Dalil Boubakeur, et le président du Conseil français du culte musulman, Anouar Kbibech. Accompagné de son ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, le président s’est entretenu avec les deux représentants religieux durant une demi-heure.

Sur Twitter, des internautes dénoncent une manœuvre de «clientélisme électoral»

Sur la toile, des twittos ont notamment reproché au chef de l'Etat d'invoquer «la laïcité quand ça l’arrange». D'autres ont fait un lien entre sa visite à la mosquée et le fait qu'il n'ait pas présenté ses vœux de Noël aux Français, cette année.

Certains internautes, mettant en avant le rapport entre l'islam et les attentats revendiqués par le groupe djihadiste Daesh, ont estimé que cette visite posait problème vis-à-vis des victimes du terrorisme.

Le député Henri Guaino parle de «stigmatisation»

Interviewé par la radio juive parisienne Radio J, le député Les Républicains des Yvelines a déclaré que le déplacement présidentiel «accrédite le fait qu’il y ait une stigmatisation» des musulmans en France. «Il faut que François Hollande aille demain dans une synagogue et après-demain à Notre-Dame de Paris», a-t-il estimé.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales