Le forcené de Valence aurait agressé les militaires car il ne trouvait pas de place pour se garer

Image de l'agression des militaires devant la mosquée de Valence© Capture d'écran Youtube
Image de l'agression des militaires devant la mosquée de Valence

L'homme qui a foncé sur quatre militaires en faction devant la mosquée de Valence s'est justifié en indiquant qu'il s'est énervé de ne pas trouver de place pour se garer.

Dans l'incapacité de trouver une place pour se parquer, Raouf El Ayeb aurait «vu rouge en apercevant les militaires», rapporte le Journal du dimanche. Ce musulman pratiquant, inconnu des services de police, avait par deux fois tenté d'écraser des militaires du 93ème régiment d'artillerie de montagne de Varces en Isère. Il a été immobilisé après plus de 30 coups de feu tirés par les forces de l'ordre.

Lire aussi : Valence : un homme fonce en voiture sur des militaires qui le blessent en tirant, devant la mosquée

Un «syndrome dépressif»

Le 2 janvier, le parquet antiterroriste avait décidé de ne pas se saisir de l'affaire, probablement à cause d'un «syndrome dépressif» identifié chez l'agresseur, ainsi que de l'absence de preuves d'adhésion à des thèses extrémistes. Des images de propagande djihadiste avaient pourtant été retrouvées chez ce peintre sans emploi de 29 ans, qui vivait à Bron dans le Rhône. Il s'agit de neuf vidéos, qui ont été consultées et non téléchargées en septembre 2015, selon une source proche de l'enquête, citée par l'hebdomadaire français.

Raouf El Ayeb aurait déclaré lors des premières auditions avoir eu «la volonté de passer à un acte violent contre les militaires».

«Ce sont des images qui peuvent être tout à fait trouvées par n'importe qui sur internet», avait indiqué à l'AFP le procureur de la République de Valence, Alex Perrin.

Lire aussi : Incident à la mosquée de Valence : qui était l’assaillant ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales